Dictées flash en équipe | À Lucenay, des séances bien négociées

Publié le 05.10.15

À l'école de Lucenay, on pratique la négociation graphique du CE1 au CM2. Un travail au long cours, coordonné, qui porte ses fruits en encourageant un autre rapport à la langue écrite.

« Dictée flash n° 7 ». Avec ce titre sur leur cahier du jour, un mois après la rentrée, les élèves de CE1 de l'école Robert Doisneau à Lucenay (69) sont déjà projetés dans un rituel qui va les accompagner jusqu'au CM2. Pascale Duchez, la maîtresse, dicte la phrase du jour : « Le petit chat lape du lait. » Les élèves l'écrivent individuellement puis on passe au temps collectif et toutes les façons d'écrire chacun des mots sont notées au tableau par les enfants. Si « chat » et « du » font consensus, il n'en va pas de même pour « petit » ou « lait ». Alors il faut se mettre d'accord, supprimer les graphies erronées mais le justifier. « J'enlèverais ‘le' car au début d'une phrase il faut une majuscule », dit Sivann. « On peut supprimer ‘petits', propose Candice, parce qu'il y a un chat pas deux ». La maîtresse relance, reformule en utilisant le vocabulaire qui devra devenir commun à la classe. Elle nomme les notions « singulier, pluriel, famille de mots, lettre muette » sans insister car elle sait qu'elle y reviendra encore deux fois dans la semaine en faisant évoluer la phrase.

Les 31 CM2 de Virginie Paviolo ont suivi ce régime orthographique pendant 3 ans. Ils ne semblent pas en être dégoûtés car aujourd'hui, ils se lancent avec appétit dans une dictée flash autrement plus complexe : imparfait, chaînes d'accords multiples... La maîtresse lit le texte avant de le dicter. « C'est pour géolocaliser les accords », lance une élève. La négociation se fait ensuite par groupe de tables placées ici en îlots de 4. Peu de bruit dans cette classe pourtant très chargée et le bruit des échanges ! Thomas, Marie et Louis argumentent en utilisant un vocabulaire déjà très élaboré. Si les désaccords persistent, ils peuvent analyser plus en détail les phrases en utilisant les codes communs à l'école pour identifier les natures et les fonctions et repérer ainsi les chaînes d'accord.

Formation et recherche sur
la négociation graphique


Dans cette équipe, on réfléchit depuis longtemps à la question de l'orthographe et l'école a pu participer pendant 3 ans à l'action-formation-recherche « Négografic » initiée par le groupe « Maîtrise de la langue » du département du Rhône. Au sein d'un petit groupe rassemblant 3 écoles et deux CPC, les enseignants ont pu bénéficier d'apports théoriques, échanger sur leurs pratiques, affiner la préparation et la conduite de leurs séances orthographiques tout en contribuant à une recherche sur les apports de la négociation graphique. Pour Jean-Philippe Bonnard, directeur de l'école et maître au CE2, les progrès sont tangibles sans doute parce que l'activité est ritualisée pendant plusieurs années, mais aussi parce que les élèves entrent dans une autre relation à l'orthographe. « L'erreur est démythifiée, dit-il, les élèves doivent réfléchir, argumenter, comprendre et la langue devient un véritable objet d'étude auquel ils prennent plaisir ». En fin de cycle 3, Virginie ne pratique plus le traditionnel « leçon application correction » mais plutôt des activités de synthèse et de réinvestissement. « Quand je dis à mes élèves de se relire, ils savent maintenant ce qu'ils ont à faire », conclut-elle.

EN BREF

RECTIFICATION
Une déjà ancienne « nouvelle orthographe »


« L'enseignement de l'orthographe a pour référence les rectifications orthographiques publiées par le Journal officiel de la République française le 6 décembre 1990. » Les nouveaux programmes présentés il y a quelque jours obligeront-ils maîtresses et maîtres (sans accents circonflexes) à modifier l'orthographe d'environ deux-mille mots (avec un tiret entre deux et mille) ? Ce serait un évènement (avec un accent grave sur le 2e « e ») puisque cette référence a été timidement préconisée depuis 2008 seulement et tempérée par un BO de 2012 précisant que « dans l'enseignement aucune des deux graphies (ancienne ou nouvelle) ne peut être tenue pour fautive ». Alors cette fois, référence obligatoire ou recommandée ? À suivre.
https://www.orthographe-recommandee.info
EN BREF

LEÇON, APPLICATION, CORRECTION
Les limites d'un modèle


Si le système « leçon qui se termine par une règle » puis « application de la règle dans des exercices » est souvent inefficace, c'est selon Françoise Drouard parce que la leçon vise un savoir déclaratif à réciter et non un véritable savoir faire, une procédure ou une technique pour bien orthographier. Selon cette Inspectrice honoraire qui a publié sur la question (Enseigner intelligemment l'orthographe : Un projet pour... Éditions Delagrave), les exercices n'entraînent que ceux qui les réussissent et donc en ont le moins besoin. De plus ils enclenchent des comportements qui sont très éloignés de ceux à l'œuvre quand on écrit.
EN BREF

MÉMORISATION
Implicite ou explicite


Un mot français sur deux seulement peut s'écrire en transcrivant simplement les phonèmes en graphèmes. Pour Michel Fayol, il faut donc développer d'autres stratégies d'écriture qui passent par le repérage d'analogie et la mémorisation de régularités ou la récupération directe dans sa mémoire lexicale. D'après le psychologue cognitiviste, si la mémorisation de nombreuses formes fréquentes se fait de façon implicite à travers les activités de lecture et de déchiffrage, certains mots nécessitent un apprentissage explicite et des séances structurées, réitérées mais brèves et espacées.
Rubrique Le métier/Témoignages

L'ensemble du dossier
- Présentation du dossier
- Pédagogie : Remettre à niveau
- « Pas juste dire : ‘c'est comme ça ' » - 3 questions à Jean-Pierre Jaffré, linguiste
- Dictées flash en équipe : À Lucenay, des séances bien négociées
- Chaillac (36) : Inventer l'orthographe en grande section
- « Un véritable défi sur la durée » - Entretien avec Catherine Brissaud, professeure de sciences du langage

Écrire à la rédaction

Merci de renseigner/corriger les éléments suivants :

  • votre prénom n'a pas été saisi correctement
  • votre nom n'a pas été saisi correctement
  • votre adresse email n'a pas été saisie correctement
  • le sujet n'a pas été saisi correctement
  • votre message n'a pas été saisi correctement

Merci de votre message, nous reviendrons vers vous dès que possible