La carte scolaire 2018 se prépare

Mis à jour le 08.12.17

min de lecture

La répartition des dotations académiques dans les départements sera dévoilée courant janvier. Avec elle , débutent les opérations de carte scolaire qui risquent de se révéler tendues au vu d'un nombre de créations de postes très loin des besoins du terrain. Le SNUipp et ses représentants se tiennent prêts dans chaque département à défendre l'ensemble des écoles menacées par des fermetures de postes ou par l'absence d'ouvertures dans les instances de concertation.

Des fermetures de postes à redouter ?

Avec la contrainte de dédoubler les CP de REP, les CE1 de REP+ et peut-être les CE1 de REP, la dotation nationale de 3 881 postes ne suffira pas. Il faudra à nouveau supprimer des postes existants, les postes de « plus de maîtres que de classe », largement ponctionnés à cette rentrée, mais également d’autres types de postes, tels les postes de remplaçant, les postes classes….Des restructurations d’écoles peuvent également être à craindre, comme des fusions d’écoles, ou encore certains regroupements d’écoles dans les zones rurales. Il ne fait aucun doute que, pour permettre de mettre en œuvre les mesures "ambitieuses" du ministère sans suffisamment de moyens spécifiques prévus à cet effet, tous les leviers permettant de « récupérer » des postes seront actionnés.

Abaisser les effectifs de classe : une exigence du SNUipp-FSU

Les élus  du personnel SNUipp-FSU dans les comités techniques spécialisés départementaux (CTSD), argumenteront sur les conséquences néfastes d’un tel redéploiement pour la qualité du service public d’éducation et sur la nécessité d'abaisser les effectifs de classe partout où c'est nécessaire. Pour cela ils ont besoin de tous les éléments quantitatifs et qualitatifs qui leur serviront à argumenter dans les instances de concertation et à intervenir pour les écoles visées par une mesure de carte scolaire ou les écoles demandant une ouverture de poste. A cet effet, le SNUipp,  dans chacune de ses sections départementales, mobilise tous ses moyens pour recenser les informations issues du terrain : mail et téléphone, réseaux sociaux , mais aussi un site internet dédié (e-carte scolaire). Il invite dès à présent enseignantes et enseignants à se saisir de ces outils pour défendre avec efficacité la situation de chaque école et le nécessaire abaissement des effectifs.