#EnVacances

Mis à jour le 14.06.19

min de lecture

« Les vacances ne devraient pas être un privilège ! » C’est par ces mots que l'équipe organisatrice de la campagne #EnVacances a lancé cette initiative il y a plus d’un an et entend bien la poursuivre pour que tous les enfants partent en vacances. Encore beaucoup trop n'ont pas cette chance.

Un an après, alors que rien n’a bougé ou presque, la JPA, l’UNAT et Solidarité Laïque ont décidé d’élargir le cercle de soutien et de relancer la question des vacances sur la scène publique. Ainsi mouvements complémentaires de l’école, associations représentantes des familles, structures de séjours et syndicats, dont le SNUipp-FSU, se sont regroupés dans un appel pour constater que la crise sociale d’envergure que traverse le pays n’a fait que souligner encore davantage l’importance du départ en vacances.
Cette campagne rappelle que 40% des Français ne partent pas en vacances dont 3 millions d’enfants, alors même que la population les considère très majoritairement à plus de 80% comme indispensable aux enfants et à leur famille. « Une assignation à résidence » évoque même le texte pour rappeler que « ne pas pouvoir partir en vacances renvoie à son propre statut et renforce le sentiment d’injustice ». 

Dépasser les constats

Et pour dépasser le constat, le groupe à l'initiative fait une série de propositions adressées à la classe politique et dirigeante comme celle « d’instaurer un fonds national d’aide au départ pour ceux qui ne partent jamais » ou encore de « consacrer une part obligatoire de la masse salariale à cette question dans toutes les entreprises ». Enfin, les signataires de l’appel souhaitent « mieux faire connaître les dispositifs d’aide au départ en vacances qui existent déjà » mais également « accorder des aides aux organisateurs de séjours qui pratiquent des tarifs différenciés ».

Toute une série de constats, de propositions et de mesures qui sera notamment débattue dans le cadre d’une rencontre organisée à l’Assemblée nationale le 21 juin prochain.