Dossier "Je suis Charlie, et maintenant ?"
Devant les élèves : Paroles d’enseignants
2 février 2015

Catherine enseigne depuis plus de vingt ans dans le 19e arrondissement de Paris. Une urgence pour elle : « Le besoin d’aide. Le seul enseignement de la laïcité ne suffira pas pour apporter la réflexion et la prise de distance par rapport à tous les discours qu’entendent nos élèves ». Les enseignantes de l’école ont discuté avec leurs élèves dont beaucoup sont de confession musulmane « pour les accompagner dans leurs questionnements, décrypter l’actualité et les commentaires des réseaux sociaux ». Pour Catherine, « l’école a un travail de longue haleine devant elle : la méconnaissance des traditions des pays, des cultures qui construisent le monde, des religions qui ont structuré les civilisations n’apportent que clichés, idéologie et discours tout faits  ». Catherine a vu au fil du temps une crispation du « religieux » : les mères portent désormais le foulard, le refus du porc s’est transformé en « pas de viande » et les enfants s’épient les uns les autres en s’obligeant aux règles communautaristes. Dans son école, près d’un enfant sur dix de cycle III a pris le parti des terroristes. Eric, lui, est directeur à Charny dans la campagne bourguignonne. Dans sa classe de cycle 3, ce sont les faits qui ont traversé les débats, avec une question commune à tous « est-ce que ça peut nous arriver à nous ?  » Les élèves, très affectés personnellement, ont pu libérer leurs peurs. Eric envisage maintenant de travailler les valeurs de la République pour les repositionner dans le quotidien et faire le lien nécessaire. Pour Brigitte, qui enseigne dans un quartier réputé difficile en centre-ouest, « émotionnellement, c’était très dur pour moi. Et que répondre aux enfants ? Les niveaux de compréhension des uns et des autres étaient très disparates et on est allé très vite sur le terrain religieux. J’ai alors recadré sur les lois de la République, expliqué les notions de deuil national et de minute de silence. Et certains voulant s’y opposer, je leur ai dit que la minute de silence en hommage aux victimes était non négociable. Les jours suivants, grâce au Petit Quotidien, on a organisé des débats en groupes sur les dessinateurs de presse, la liberté de la presse, le terrorisme islamiste... »

Institutionnel : Sur la plateforme éduscol

Comment parler d’un drame de l’actualité aux élèves ? Comment aborder les notions de liberté de conscience et d’expression ainsi que les principes fondateurs de la République à l’école primaire ? Le portail éduscol a mis à la disposition des équipes pédagogiques un ensemble de ressources qui peuvent permettre de nourrir des débats argumentés et mener un travail pédagogique dans la durée sur ces sujets. Des outils qui devraient s’étoffer dans les semaines qui viennent suite aux récentes annonces ministérielles. eduscol.education.fr

L’ensemble du dossier :
- Présentation du dossier
- Devant les élèves : Paroles d’enseignants
- Hélène Romano : « Faire un temps fondateur d’une nouvelle cohésion collective »
- Note du CNESCO : « École : le défi de la mixité sociale et ethnique »
- Agnès van Zanten : « La mixité se joue essentiellement au niveau local »
- Histoire : La laïcité mais laquelle ?
- Hicham Benaïssa : « La loi de 1905 est une loi de liberté »
- Benoît Falaize : « Expérimenter les valeurs, sinon c’est du catéchisme »