Cartes scolaires : mobilisations en cours

Mis à jour le 04.02.21

min de lecture

De nombreuses mobilisations ont lieu dans les départements lors des opérations de carte scolaire. Le SNUipp-FSU avec les élus, parents et enseignants se mobilisent pour défendre les demandes d’ouverture ou de non fermeture de classe. Alors que l'année 2020 a été des plus chaotiques pour la continuité scolaire, il est urgent de donner à l'école les moyens de fonctionner à plein. Le syndicat poursuit sa campagne pour réclamer un #plandurgencepourlécole

01- Dans l'Ain, parents et syndicats veulent sauver des classes. Les représentants des enseignants ont unanimement rejeté le projet de carte scolaire présenté lundi 1er février par la Directrice académique des services de l’Éducation nationale. Un calendrier jugé inopportun et un manque de moyens qui ne permet pas d’assurer les missions de l’école. A Le Sou des écoles, parents et élus restent mobilisés après que la fermeture de classe soit actée. "En pleine crise de Covid, il est demandé de respecter des gestes barrières, mais comment le faire si l’on entasse les élèves dans des classes trop petites". 

02-37 fermetures de classe sont prévues à la rentrée prochaine dans l’Aisne, un «carnage» pour le SNUipp/FSU. La rentrée sera douloureuse et compliquée. Les représentants des personnels se mobilisent pour défendre les écoles. Les parents de l’école de Savy ont appris la future fermeture d’une des quatre classes  ce vendredi 7 janvier. Le maire, Yannick Humain évoque un manque d’effectifs. Les parents d’élèves de Plomion ont obtenu le maintien d’une classe. A Charly-sur-Marne, les parents très mobilisés contre le projet de fermeture dune classe ont gagné. Projet de fermeture dune classe à Charly-sur-Marne, les parents, très mobilisés, ont gagné

03-Les mesures de carte scolaire dans l’Allier ne sont pas satisfaisantes: 19 fermetures de classes annoncée. La mobilisation s’organise dans de nombreuses communes concernées. Au RPI de Chazemais-Audes et Saint-Désiré, les parents d'élèves veulent toujours sauver une classe.

04-Alpes de Haute-Provence : une rentrée scolaire avec neuf fermetures de classes ?

Dotations départementale rentrée 2021

Passez votre souris sur la région souhaitée pour plus d'informations.

05-La mobilisation contre la suppression d’un poste à l’école de Saint-Véran dans les Hautes Alpes se poursuit : le maire, installé sous un bivouac sur la place de l’église, procède à des inscriptions symboliques.

06- Face aux mesures de carte scolaires insatisfaisantes, le SNUipp-FSU appelle à la grève et à se rassembler devant le rectorat  le jeudi 12 février. Fermetures de classes à Grasse: enseignants en grève et parents d’élèves manifestent ce vendredi devant le rectorat. A l’école Saint-Philippe, une manifestation organisée par des parents d’élèves a eu lieu contre la fermeture d’une classe.

07- "Une école publique de qualité pour tous". Voilà ce que l'on peut lire sur l'un des nombreux panneaux que brandissent une dizaine de parents d'élèves devant l'école maternelle Jacques-Prévert en Ardèche. Des parents d'élèves qui manifestent leur colère mais aussi leurs inquiétudes face au manque de moyens pédagogiques.

08-Près de 200 personnes ont signé la pétition pour défendre le maintien d’une classe à l’école Michel-Trabbia, à Revin.  Parents d’élèves et élus ont manifesté contre une fermeture de classe à Vireux-Wallerand

09- En Ariège: les maires et les parents d'élèves se mobilisent contre la suppression d'une classe à Massat.  La mobilisation se poursuit pour sauver la 4e classe.

10-A Villacerf, enfants, élus et parents d’élèves se sont mobilisés devant l’école maternelle contre la fermeture de classe envisagée dans la carte scolaire 2021.

11-La mobilisation monte contre la fermeture d’une classe de l’école maternelle Georges-Brassens d'EspérazaLa fronde des élus de la République contre la fermeture de la classe à Espéraza.  A Laurac, c'est l'incompréhension face la fermeture de classe.

12- En Aveyron à Rivière sur Tarn, parent et élus occupent pacifiquement un rond-point pour protester contre la fermeture de classe. Le Maire réclame que le DASEN prenne en compte « le contexte local et des évolutions à court terme". Il a rappelé "l’aménagement des écoles, les équipements, les deux postes d’Atsem... Dans cette période de crise sanitaire, nous avons mis tous les moyens pour créer les conditions maximales de sécurité."

14-Le collectif citoyen écologique et solidaire a réuni une assemblée citoyenne à Vire samedi 30 janvier pour réfléchir à une nouvelle carte scolaire afin d’éviter la fermeture de l’école de Neuville. Le projet de carte scolaire a été dévoilé vendredi 5 février 2021 par le syndicat Snuipp-FSU. Il fait état de la fermeture d’une classe à l’école primaire de la commune de Firfol. Le maire compte bien défendre la cause du Regroupement pédagogique intercommunal. Opération escargot entre les écoles de Neuville et Malraux pour contester la fermeture en maternelle.

15-Dans le Cantal, près d’Aurillac, une pétition en ligne a été lancée par les parents d’élèves pour défendre la suppression possible d'un poste au regroupement pédagogique intercommunal de Marmanhac/Laroquevieille. La liste des classes qui pourraient être fermées à la rentrée 2021 dans le Puy-de-Dôme n’a pas été discutée vendredi 5 février, les représentants des syndicats et des élus ont refusé de siéger lors du Comité Départemental de l’Education Nationale. L’Inspection d’académie n’a pas tenu compte des déclarations de la Secrétaire d’Etat, Nathalie Elimas.

21-En Bourgogne, à cette rentrée il n’y aura pas de suppression de postes mais seuls trois postes vont être créés dans le 1er degré en Côte-d'Or. Pour les syndicats, ces premières informations ne sont pas suffisantes. Vendredi 5 février, à la suite du Conseil départemental de l’Éducation nationale, les mesures de carte scolaire prises pour l’année 2021-2022 ont été exposées. La mobilisation continue.

22-A Lannion dans les Côtes-d’Armor, les parents d’élèves et les élus se mobilisent contre cinq fermetures de classes annoncées à Saint-Roch, Pen ar Ru, Morand-Savidan, Kroas-Hent et Servel. Ils dénoncent « le manque d’écoute pour les écoles publiques » et ont lancé une pétition en ligne. À Plouha, les parents se mobilisent contre la fermeture de classe.  La fermeture de classe à l’école primaire publique à Plouha  révolte toujours les élus et les parents d’élèves. Les effectifs sont là, mais l’académie maintient la fermeture d’une classe monolingue.   Dinan Agglo et son président s’opposent aux fermetures de classes. Dans un courrier à l'inspection académique, ils font part de « l’incompréhension » concernant les six fermetures de classe envisagées à Broons, Caulnes, Lanvallay, Pléven-Landébia, Quévert et Yvignac-la-Tour. Dans une lettre adressée aux membres de la CDEN (Commission départementale de l‘Éducation nationale), Cinderella Bernard, conseillère départementale du groupe Communiste et Républicain, appelle à geler les 31 fermetures de classes en primaire prévues pour la rentrée 2021 dans les Côtes-d’Armor. A Saint-Julien, le groupe scolaire des Plantes se mobilise contre la fermeture d’une classe.

23-Après une semaine de mobilisation en Creuse, ce ne sont plus trois, mais un seul poste qui sera supprimé, une avancée qui est loin de contenter le SNUipp-FSU. Il invoque la pénurie de remplacements qui met en péril la continuité du service public ou encore les objectifs fixés par le ministère comme les décharges de direction ou la limitation des effectifs de classes de CP ou CE1 qui ne pourront être effectifs.

27-À Surville dans l’Eure, mobilisation et pétition pour sauver une classe menacée de fermeture.La classe de grande section de maternelle de l’école est en péril. De nombreux élus locaux font front et une pétition a été lancée contre cette fermeture qui a déjà recueilli 325 signatures. A l'école La Fontaine de Pont-Audemer, les élus, les parents d'élèves et les enseignants ont manifesté leur opposition à la fermeture d'une classe. À Illeville-sur-Montfort, des parents d'élèves lancent une pétition contre la fermeture de classe. À Pont-Audemer, les élus défendent leur école face à la fermeture des classes annoncée

28-Parents, grands-parents, équipe enseignante et élus disent non à la fermeture d’une classe à l’école de l’Éveil à Sours en Eure et Loir. Ils dénoncent une dégradation des conditions d’accueil en supprimant un poste de maîtresse et un poste d’Atsem. Une fermeture qui porterait le nombre d’enfants à plus de vingt-cinq dans une classe double, petite et moyenne sections. Des effectifs qui ne sont pas raisonnables pour que les équipes éducatives puissent appliquer le protocole sanitaire. A Chateaudun, un nouveau rassemblement des parents d'élèves pour défendre l'école Jean Macé.

29-Vendredi 29 janvier 2021, familles et élus de Pont-de-Buis-lès-Quimerc’h  dans Le Finistère se sont réunis devant les écoles Lucie-Aubrac et Park-Gwenn pour exprimer leur colère face la fermeture annoncée de deux classes. Les parents d’élèves de Marc-Bourhis à Trégunc manifestent contre la suppression d’une classe. A Morlaix, les élus mobilisés contre le projet de fermeture de classes. A Plozévet, l'école Georges-Le-Bail se mobilise contre la fermeture d'une classe bilingue. Les parents d’élèves de Lannelvoëz mobilisés contre la suppression d’un poste. Mobilisation contre la fermeture d’une classe au GouelouA Cléder, l’école Per-Jakez-Hélias reste mobilisée contre la fermeture d’une classe bilingue. A Hanvec, mobilisation des élus contre la fermeture d’une classe. Trois postes d'enseignant sont menacés de suppression dans des écoles de Quimper. La maire Isabelle Assih demande un moratoire en raison de la crise sanitaire. A Irvillac, le projet de supprimer une classe n'est pas compris. Maire et parents d’élèves s’indignent. A Plonéour-Lanvern, « Non à la suppression d’un demi-poste ! ». Jusqu’au bout, les parents élus du conseil d’école du Tourous auront tenté de convaincre d’empêcher une fermeture d’une classe. À Brest, même combat à Buisson et Quéliverzan contre la suppression d’un poste d’enseignant. A Pouldreuzic, un cochon symbolisant la mobilisation des parents d’élèves de l’école intercommunale P.-J.-Hélias, des élus et des Délégués départementaux de l’Éducation nationale, s’est dressé contre la fermeture d’une classe sur le rond-point entre Plovan et Pouldreuzic, les deux communes concernées. A Trégunc, les parents d’élèves de Marc-Bourhis manifestent contre la suppression d’une classe. Les parents d’élèves de Marc-Bourhis à Trégunc manifestent contre la suppression d’une classe. A Carantec : à l’école des Cormorans, la riposte se prépare. Les parents d’élèves de l’association Div Yezh Gwerledan se sont retrouvés pour clamer leur mécontentement après le refus, par l’Inspection académique, d’ouverture d’une troisième classe à l’école publique de Mûr-de-Bretagne. À Carantec, la neige n'aura pas eu raison de la mobilisation, parents et élus se sont rassemblés contre la fermeture d’une classe aux Cormorans. Le maire de Tourc’h écrit au ministre de l’Éducation nationale pour s'opposer à la menace de fermeture de classe.  Les associations de parents d’élèves du Finistère écrivent une lettre « Ne sacrifiez pas l’éducation de nos enfants sur la base d’un tableau Excel ». Plusieurs dizaines d’enseignants et de parents d’élèves du Pays de Morlaix ont manifesté devant les bureaux de l’inspection académique de Morlaix pour dénoncer le projet de carte scolaire. Pays de Morlaix, ils demandent le gel des fermetures de classes.  A Quimperlé, à l’école Kersquine, une pétition contre la fermeture d’une classe est lancée. Mobilisation en chanson des parents d’élèves et des élus de Hanvec. Les DDEN du secteur de Quimperlé dénoncent les fermetures de classes. A Rédéné, fermetures de deux classes : on se mobilise et on manifeste. Les élus de Quimperlé demandent un moratoire sur la fermeture des classes. Trégunc, à l’école Marc-Bourhis, la mobilisation se poursuit. Plourin-lès-Morlaix, les parents mobilisés contre la fermeture d’une classe. Plozévet, une « manif déguisée » contre la fermeture de classe. La nouvelle carte scolaire du Finistère doit être entérinée ce jeudi. Elle prévoit la fermeture de 54 classes ainsi que l'ouverture de 20 autres. Un collectif de parents déplore un "lourd tribut payé par le département".

30- A Vers-Pont-Du- Gard, les parents sont mobilisés devant l’école contre la fermeture d'une ou deux classes en maternelle et en élémentaire pour la rentrée de septembre 2021. À Molières-sur-Cèze, l’annonce d’une potentielle fermeture de classe a fait grand bruit en début de semaine dernière et ils étaient une trentaine, majoritairement des parents, à s’être donnés rendez-vous pour clamer leur opposition. A Uzès, les parents d’élèves mobilisés contre la fermeture d’une classe à l’école du Parc.

31-En Haute Garonne, les écharpes tricolores fleurissent pour défendre aux côtés des familles, des enseignants et des villageois la fermeture annoncée de la classe du groupe scolaire de Marignac. A la rentrée 2021, les maternelles seront dédoublées progressivement en Haute-Garonne. Le SNUipp-FSU s'inquiète de la mise en œuvre du dédoublement dans les écoles maternelles de l’éducation prioritaire.

32- Dans le Gers, alors que 14 suppressions de classes seraient envisagées pour la rentrée prochaine dans le premier degré, parents d’élèves, syndicats et élus se mobilisent dans le département. A Auch, cinq élus du département ont co-signé une tribune appelant à suspendre les suppressions de classes et d'heures d'enseignement envisagées dans le premier degré et le secondaire. A Monblanc où une classe sur trois pourrait fermer, près de 80 personnes se sont réunies dimanche pour réclamer le maintien des trois classes de l'école publique. A Cazaubon, des manifestation sont organisées en réaction à la carte scolaire. La mobilisation continue dans le Gers Le bras de fer se poursuit entre l’académie et la population pour éviter 10 fermetures de classes. A Mauvezin, une motion contre la fermeture d’une classe à l’école.

36-Dans l'Indre, pas d'école fermée sans accord des municipalités. La démographie baisse dans le département, mais il reste des enfants et il faut les scolariser dans de bonnes conditions. Au Poinçonnet, parents et élus sont mobilisés contre la fermeture d'une classe. Les parents d'élèves de l'école des Bordes sont venus chercher le soutien du maire d'Issoudun en lui amenant la banderole signée par les enfants. A Cluis, c'est la colère face à la fermeture de classe. La commune de Cangey se mobilise pour garder sa cinquième classe.

37-Dans l'Indre et Loire, il y aura 36 fermetures de classes pour 31 ouvertures et 18 postes en moyens supplémentaires. Plusieurs écoles rurales se mobilisent contre la fermeture de classes. A Chemillé-sur-Dème, ils disent non à la fermeture de classe. Le RPI regroupant les écoles de Bueil-en-Touraine et Villebourg est menacé par la fermeture d'une classe à la rentrée prochaine. Les parents et les élus ne sont pas d'accord. A Sonzay, Nouvelle mobilisation contre la fermeture d’une classe. A Reugny, parents et élus ne veulent pas perdre une classe. A Mettray, les parents opposés à la fermeture d’une classe.

39- A Lons-le-Saunier, refus de fermeture de classe à l’école J. Prévert. « Un village sans école est un village mort. » Les parents d’élèves du RPI Pleure/Gatey veulent absolument éviter cette mort anticipée du village.

40-Les parents d’élèves de l’école de la commune de Solférino se mobilisent contre la fermeture qui mettrait en danger l’école.

41-« L’inspection académique a tout bonnement oublié dans son calcul d’effectifs la classe d’Ulis, classe de douze élèves en situation de handicap » plaident les parents d’élèves de l’école Victor-Hugo et les élus de la commune de St Aignan, dans le Loir et Cher. Cette décision est jugée comme « injuste et incohérente ». A Pouillé, les parents et élus sont déterminés à défendre leur école. Le RPI de Monteaux-Mesland se mobilise face au projet de carte scolaire. En Loir-et-Cher, les maires ruraux veulent être entendus. A Mareuil et Pouillé, une mobilisation contre une fermeture de classe de maternelle. Une pétition contre la fermeture d’une classe à Vouzon.

42-Dans la Loire, le SNUipp-FSU réclame vingt ouvertures de classes pour améliorer la situation des écoles. « Le coût moyen d’un élève en Europe s’élève à 8 400 euros, en France il tombe à 7 200 euros. Si nous arrivions à la moyenne européenne beaucoup de problèmes de l’école française seraient résolus », affirme le responsable du SNUipp-FSU. A Grammond, le conseil municipal proteste contre la classe fermée. 

43-"Seulement deux ans après l'inauguration de notre belle école, c'est une bien triste nouvelle pour nos enfants et leurs maîtresses", déplorent les parents d’élèves de l'école publique La Galoche à Lavoûte-sur-Loire. L’inspection académique prévoit la fermeture de la 4ème classe qui aura pour impact de surcharger les effectifs des autres classes et la perte d’une journée de décharge pour la direction d’école. Élus, professeurs et parents d’élèves ont manifesté contre les possibles fermetures de plusieurs classes en Haute-Loire.

46-C’est avec stupéfaction que les élus et les parents d’élèves de Nuzéjouls, près de Cahors dans le Lot, ont appris fin janvier la nouvelle de la fermeture d’une classe à l’école maternelle de Nuzéjouls pour la rentrée 2021.Parents d'élèves et élus se mobilisent contre cette décision qui fragiliserait tout le RPI. "Dotation 0 ne veut pas dire 0 fermeture", rappelle le SNUipp-FSU 46. A Cahors, les parents d'élèves se mobilisent contre la fermeture d'une classe à l'école Chapou et lance une pétition. A Cajarc, près de 300 personnes à la manifestation pour contester la fermeture de classe. A Bretenoux, élus et population rassemblés face à la fermeture de classes. A l’école de Laval-de-Cère, poules, chèvres et moutons rassemblés pour protester contre la suppression de classe.

49-Mobilisation contre la fermeture de la 5e classe de l'école de Saint-Martin-du-Bois. A Segré-en-Anjou Bleu, les parents d’élèves sont mobilisés pour le maintien d’une 5e classe à l’école Grain de soleil. 

50-Dans la Manche, les représentants Snuipp-Fsu, SE-Unsa, Sud éducation et FO n’ont pas siégé au comité tecnique afin de dénoncer des pertes de moyens. Le rectorat nous a promis 7 postes en moins. Vu la situation sanitaire, ce n’est vraiment pas le moment de retirer des postes d’enseignant. Ce n’est pas en surchargeant les classes que les règles de distanciation pourront être respectées. Sud manche, un maire veut porter plainte contre la directrice académique. A Notre-Dame-du-Touchet, l'annonce de la fermeture d'une classe à la rentrée prochaine suscite l'incompréhension des parents d'élèves et des élus. Le RPI de Ger - Le Fresne-Poret lance une pétition contre la fermeture d'une classe. A Cherbourg-en-Cotentin, 150 personnes mobilisées contre la fermeture d'une classe. A Donville-les-Bains, à l’appel des élus, plus de 150 personnes se sont retrouvées à l’heure de la sortie des classes pour manifester leur opposition à la fermeture d'une classe. Manche, des postes supprimés, des classes dédoublées, un plafonnement à 24 élèves : quelle carte scolaire pour 2021 ?

52 -Le regroupement pédagogique intercommunal de Sarrey-Chauffourt-Frécourt est menacé de fermeture d’un poste de maître des écoles dès la rentrée prochaine. Prévenus officieusement, les élus des trois communes et les délégués des parents d’élèves se sont réunis rapidement afin de déterminer une stratégie d’opposition à cette fermeture.

53-En Mayenne, 20 classes pourraient fermer  à la rentrée prochaine.

54- La mobilisation contre la fermeture d’une classe au RPI de Hériménil/Rehainviller est montée d’un cran avec une manifestation rassemblant près de 200 personnes dans la cour de l’école des Étangs.  « Et ne devrait s’éteindre qu’avec la confirmation du maintien des huit classes pour la rentrée de septembre ». Une classe est menacée de fermeture à l’école élémentaire Victor-Hugo de Damelevières, les parents d’élèves, appuyés par les élus des communes du SIS, ont dit non à cette suppression envisagée.  D evant l’école d’Arnaville, ils étaient nombreux à manifester contre la suppression d’un poste d’enseignant prévue par l’académie, ce qui conduirait à multiplier les niveaux dans deux classes au lieu de trois actuellement. A Hériménil/Rehainviller, les parents d'élèves poursuivent leurs actions pour protester contre une fermeture de classe.

56-« Ma belle campagne se meurt », « Non à la fermeture des classes » sont les slogans que portent parents, enseignants et élus contre le projet de fermeture de classe à l’école Le Moustoir en Bretagne. Avec cette fermeture, il ne sera pas possible de faire des classes de 24 élèves, comme le recommande l’Éducation nationale. À Hennebont, une manifestation à l’école Jean-Macé contre la suppression d’une classe. Manifestation à Crac’h contre la fermeture de classe annoncée à l’école des 2 Rivières. Crac’h  le non des parents à suppression d’une classe. 

57- A Forbach, classe menacée à l’école du Centre, des parents se mobilisent.

58 La carte scolaire se dessine et l'ambiance est tendue entre l'éducation nationale et les syndicats

59-Les élus de Steenvoorde se sont mobilisés contre la suppression de deux classes à l’école Charles-Perrault – Jean-de-la-Fontaine pour protester contre la possible fermeture de deux classes dans l’établissement. Un courrier a été envoyé à l’inspection académique et des flyers distribués dans toutes les boites aux lettres de la commune. Classes menacées à Steenvoorde : les parents entrent dans la fronde.  A Armentières, des parents se mobilisent pour sauver une classe à l’école Gambetta. A Wattrelos, les parents d’élèves de l’école Jean-Zay soulagés après le maintien d’une classe menacée de suppression.  À Haulchin, on se mobilise contre la fermeture annoncée d’une classe à l’école Joliot-Curie. A Nieppe, élus et parents se mobilisent contre la fermeture d’une classe au groupe scolaire Cornette-Salengro. Bruille-lez-Marchiennes, à Félicien-Joly, la classe menacée ne sera pas supprimée. A Haulchin, élus et parents s’élèvent contre une fermeture de classe à l’école.

60- À Mouy, colère contre une fermeture de classe maternelle.

61-A Chailloué, suppression de classe, les élus et parents souhaitent un moratoire.

62-Le groupe scolaire Fallières à Hénin-Beaumont pourrait perdre deux classes, une en maternelle et une en élémentaire, à la rentrée prochaine. Une opération «école morte est lancée. A Rang-du-Fliers, les parents d’élèves se mobilisent pour une ouverture de classe. A Vimy, la municipalité se mobilise contre la fermeture d’une classe à la maternelle Kergomard. . A Vieil-Moutier, « On va se battre pour sauver l’école de La Calique ». A Dennebrœucq, les parents manifestent contre la fermeture d’une classe. A Calonne-Ricouar, une forte mobilisation à l’école primaire Deneux contre la fermeture d’une classe.

63-Parents, élus, enseignants à Saint-Germain-Lembron dans le Puy-de-Dôme lancent des cris d’alerte, "Sans école, c'est la fin des communes rurales". Regroupés devant l’établissement , ils rejettent la future carte scolaire. « Aujourd’hui, on se mobilise pour tout le territoire. D’autres villages, principalement ruraux, sont concernés. Certains ont fait des investissements dans des bâtiments scolaires, construisent des lotissements pour accueillir de nouveaux habitants. Mais si on ferme progressivement les écoles, c’est la fin des petites communes », indique Marie¬-Laure Massardier, maire de Vichel, se faisant porte-parole des élus du territoire. Puy-de-Dôme : les territoires ruraux vent debout contre la carte scolaire. la mobilisation contre la carte scolaire continue sur l'Agglo Pays d'Issoire. Face à la baisse des effectifs, l’inspection académique projette la fermeture d’une des deux classes de l’école de Queuille à la rentrée. Une décision qui révolte parents d’élèves et élus qui restent mobilisés. A Larreule, communiqué des parents d’élèves et des élus contre la fermeture de classe. A Queuille, Saint-Germain-Lembron maternelle et Sauxillanges élémentaire sauvent leur classe. Les élus de l'Agglo Pays d'Issoire veulent que le préfet revoit sa copie. Près de 300 personnes manifestent à Issoire contre la fermeture de classes à la rentrée.

65-Dans les hautes Pyrénées,  élus, parents d’élèves et enseignants se battent contre des fermetures de classe ou d’école. Fermeture de classe à Larreule, les parents parents d’élèves et des élus se mobilisent pour conserver de bonnes conditions de scolarisation des enfants à court et moyen terme, ils demandent le maintien de la classe. A Capvern, des parents et enfants mobilisés pour leur école.

66-Avec 15 voix pour et 6 contre, le conseil municipal d'Amélie-les-Bains a voté pour la fermeture de l'école de Palalda. Les écoliers devront déménager à la rentrée prochaine. Une décision qui provoque l'incompréhension des parents d'élèves.

71-Le conseil municipal de Palinges défend le maintien de la classe du groupe scolaire Les Pastels. Les élus évoquent la situation sanitaire pour maintenir les postes sur le groupe scolaire. «Suite au confinement, les temps d’enseignement perdus auront des conséquences sur l’apprentissage des élèves qu’il faudra encadrer et suivre au cas par cas. L’efficacité de ce suivi sera plus importante avec des effectifs raisonnables ; alors qu’au contraire, en cas de suppression de poste, les classes seront plus chargées ». A Torcy, les parents d’élèves de l’école Champ Cordet se mobilisent contre la fermeture d’une classe. Le Creusot, les parents d’élèves ont bloqué les entrées de l’école Pierre Curie ce lundi matin, jour de rentrée de vacances d’hiver.

72-Une pétition pour dire « non à la fermeture d’une classe » dans le village de Conflans-sur-Anille et appelle à l’aide pour toutes les écoles rurales. En Sarthe, 55 fermetures de classes envisagées à la rentrée de septembre 2021. En pleine période de pandémie, des décisions choquantes. A Mamers face à la menace de fermeture d’une classe à l’école maternelle, les parents lancent une pétition. Une opération escargot a été organisée devant l'école de Saint-Denis-d'Orques contre le projet de fermeture d'école ou de classe dans le SIVOS. Le projet de la directrice académique de la Sarthe de fermer 55 classes à la rentrée ne passe pas auprès des maires sarthois qui, après les syndicats enseignants, lui demandent d’y renoncer.  Un blocage symbolique de l'école à Villaines-sous-Lucé a été organisé par les parents d'élèves. La grogne des élus et des parents d'élèves concernant les 55 fermetures de la carte scolaire. Le département s'oppose à la carte scolaire. La députée Sylvie Tolmont refuse la fermeture de classes. A Pruillé-l'Éguillé, fermeture de classe, les parents sont mobilisés.

73-Une école fermée à Ugine, les parents résistent.

75-L’école maternelle du 10 rue Emeriau dans le 15ème arrondissement de Paris était fermée ce mardi 9 février. Parents d’élèves et équipe enseignante étaient en grève afin de contester la fermeture d’une classe annoncée pour la rentrée prochaine. 

76-Élus, parents d’élèves et enseignants mobilisés à Dieppe pour dire « non » à la carte scolaire 2021. En Seine Maritime, des élus ont lancé vendredi un appel pour dénoncer les premiers traits de la carte scolaire. Le combat contre la fermeture d’une classe à Sauchay, près de Dieppe continue. A Dieppe, une journée "école morte" au groupe scolaire Sonia-Delaunay. A Belmesnil, élus et parents ont manifesté.

80-Ce sont plus de 50 classes qui sont menacées de fermeture dans la Somme à la rentrée prochaine. Une décision incompréhensible pour le président du conseil départemental qui met en avant les difficultés scolaires plus élevées que la moyenne nationale dans le département, une situation sanitaire et une organisation en demi-groupe déjà difficile à mettre en place avec les effectifs actuels. Une décision "Inacceptable" pour la co-secrétaire du syndicat Snuipp-FSUA Saleux, élus municipaux de tout bord, conseiller départemental du canton et parents d’élèves se sont mobilisés contre la fermeture envisagée par le rectorat d’une classe. A Abbevillois, la mobilisation a été payante où 5 classes sur 6 ont été sauvées. Le Val de Nièvre est rudement touché par les menaces de fermetures de classes. Deux ouvertures de classes sont envisagées pour septembre dans la circonscription du Ponthieu-Marquenterre… pour neuf fermetures. L’annonce passe d’autant plus mal que les perspectives des effectifs pour les années suivantes sont à la hausse, dépassant les 220 enfants dès 2022 et 2023. A Eppeville , manifestation et pétition contre la fermeture d’une classe. Dans le Val de Nièvre, la mobilisation se renforce. 130 manifestants à Berteaucourt les Dames : le Val de Nièvre uni face aux fermetures de classes. A Eppeville, les élus et parents d’élèves manifestent contre une suppression de classe.

81-Dans le Tarn, les syndicats votent à l’unanimité contre le projet de carte scolaire et demandent plus de moyens pour l’éducation.

82-Colère et incompréhension des parents et  des élus à l’école Le Parisot dans le Tarn et Garonne face à la possible fermeture de classe. « Encore un coup dur pour la communauté éducative".  A Moissac, plus de 500 signatures contre la fermeture d'une classe à l'école Mathaly. Plus de 150 manifestants rassemblés à Caussade contre la fermeture de plusieurs classes. A Parisot, mobilisation pour éviter la fermeture d’une classe. Classe fermée à Caussade, les parents d’élèves sont doublement déçus. A Saint-Etienne-de-Tulmont, les parents d’élèves ont manifesté contre la fermeture de classe.

84-Dans le Vaucluse, le projet de carte scolaire est au point mort. Les syndicats refusent de voter le projet de carte scolaire qui supprimerait des dizaines de classes. A Sault, les parents d'élèves manifestent contre la fermeture d'une classe à la rentrée. Les syndicats d'enseignants unanimes contre la carte scolaire de Vaucluse.

87- Les écoles rurales pourraient être particulièrement touchées par les fermetures: 20 fermetures de classes et 13 ouvertures en Haute-Vienne.

93-En Seine St Denis, l'inspection académique voulait supprimer 33,5 postes de conseillers auprès des élèves handicapés (CASEH) , pourtant indispensables aux enseignants, élèves et familles. Face au tollé, les postes sont maintenus, une grande victoire pour l'école. 

94-Dans le Val de Marne, un projet de carte scolaire loin des attentes des syndicats qui boycottent les instances de décisions et appellent à manifester la vieille de la session de repli. Pour les représentants des personnels, le compte n’y est pas et la concertation n’a pas été suffisante.

971-La FSU annonce une série de "mouvements forts", au sein des établissements scolaires de la Guadeloupe, après les vacances de carnaval. Elle dénonce la volonté du Rectorat de supprimer 17 postes, à la rentrée prochaine, alors que les moyens actuels sont déjà insuffisants.