"Une école du langage"

Publié le 26.03.18

Véronique Boiron insiste sur l'importance du langage oral dès la TPS

Pourquoi cette importance du langage oral à l'école maternelle?

L’école maternelle est une école du langage et en cela aussi elle est une grande école. C’est un milieu unique qui propose à tous les élèves des échanges verbaux fréquents et progressifs et qui sollicite de manière permanente l’activité cognitive des enfants. Tout cela relève d’activités langagières qui leur donnent un accès à la pensée d’autrui et leur permettent de mettre en forme la leur. De plus, continuer à apprendre à parler aide l’élève à maîtriser les usages scolaires du langage. L’école a des manières de penser qui lui sont propres et c’est le rôle des enseignants d’amener les enfants à s’approprier ces usages, à maîtriser un oral élaboré, structuré avec du vocabulaire décontextualisé, très différent de ce qu’ils pratiquent habituellement. Il y a des différences marquées entre les enfants à l’entrée en maternelle, l’apprentissage du langage oral joue un rôle essentiel pour les réduire. Il n’y a donc pas trop de trois ou quatre années pour bâtir des séances journalières et programmées qui permettront à l’élève de mobiliser des habiletés qui l’aideront tout au long de sa vie. 

Travailler le langage en classe, qu'est-ce que cela recouvre?

Il y a tout d’abord les situations informelles au cours desquelles les enfants sont amenés à manier un vocabulaire lié à la situation, comme l’habillage d’un poupon et celles où les enseignants apportent des mots, des structures de phrases que les enfants n’entendent pas habituellement. Puis il y a les situations conçues spécifiquement pour enseigner l’oral. C’est un atelier, en petit groupe, avec l’enseignant, par exemple le jeu de la marchande. Le maître joue avec les enfants en les amenant à dire ce qu’ils font puis il sollicite un langage décontextualisé en leur faisant raconter ce qui a été vécu à partir par exemple de photos. Il est très important que ce travail parte d’une activité partagée, un jeu, une construction, un album, que les enfants ne soient pas laissés seuls face à une tâche. L’intérêt que les enfants portent à l’activité conçue en amont joue un rôle déterminant, il y a donc une expertise enseignante à se caler sur leurs centres d’intérêt pour ensuite les amener à s’intéresser au projet du maître. Il est également essentiel que ces ateliers de langage soient fréquents et réguliers, mieux
vaut tous les jours 10 à 15 minutes qu’une longue séance tous
les dix jours.

Quelles peuvent être les dérives?

L’enseignement du langage oral ne se réduit pas au lexique. Nous pouvons tous apprendre des listes de mots et être ensuite bien incapables de formuler une demande, de se faire comprendre. Le risque est de se mettre dans une logique de systématisation des tâches qui ne conviennent pas aux enfants de maternelle. L’apprentissage du langage oral se fait dans les interactions avec les pairs et l’enseignant qui mobilise des structures de phrases, un vocabulaire spécifique qui va être repris tout au long de l’activité.

L'ensemble du dossier ici.

Écrire à la rédaction

Merci de renseigner/corriger les éléments suivants :

  • votre prénom n'a pas été saisi correctement
  • votre nom n'a pas été saisi correctement
  • votre adresse email n'a pas été saisie correctement
  • le sujet n'a pas été saisi correctement
  • votre message n'a pas été saisi correctement

Merci de votre message, nous reviendrons vers vous dès que possible