Des coins jeux comme sas entre la maison et l'école

Mis à jour le 11.12.17

Du rôle et de l'utilité des coins jeux à l'école maternelle pour familiariser le jeune enfant à l'univers scolaire.

Pour le tout jeune enfant entrant en PS, l'école est un univers étrange avec d'autres enfants, de nouveaux adultes et des codes à maîtriser petit à petit. Les coins jeux sont une passerelle idéale entre la maison et la classe.
Quelle place de la maison dans la classe ? Que fait-on de l’expérience de chacun ? Les coins jeux peuvent fournir une passerelle et des universitaires comme Maryse Rebière, Véronique Boiron encouragent une démarche très progressive qui comprend une phase où on vit l’activité, une phase où on parle de ce qu’on vit, une phase où on sort du lieu, on met à distance, on parle après à partir de photos, ensuite on introduit un album et de l’écrit. « Ces étapes sont indispensables pour que les enfants arrivent à s’arracher du langage premier, très corporel, affectif pour petit à petit entrer dans le langage de l’école », souligne Maryse Rebière, enseignante-chercheure honoraire. 

Jeux peinture

Le bain de la poupée, du coin jeux à la séance de langage

Exemple avec le bain de la poupée. Une première étape est de laisser tous les enfants y jouer tour à tour dans les premières semaines d’école. Puis un atelier est organisé avec le matériel du jeu posé sur une table et la présence de l’enseignant qui est là pour guider, poser des questions. Une fois tous les enfants passés dans cet atelier, nouveau déplacement du jeu : dans le lieu de rassemblement. L’enseignant gère à nouveau mais avec le groupe classe, ce qui ne permet plus à chacun de toucher les objets. La manipulation est mise à distance pour la parler. Puis des photos de l’activité permettent de l’évoquer non plus avec « J’ai baigné…. » mais de façon générale, « Pour baigner la poupée, on….. » . Ces différentes phases « arrachent » l'enfant à la situation qui ressemble à celle de la maison pour aller vers un langage plus distant. Ce n’est qu’après cette démarche qu’on peut présenter un album du type Ploum prend son bain afin de s’éloigne encore plus de l’expérience vécue par le personnage mais qu’on peut comprendre « parce qu’on l’a parlée avant ».