8 mars : pour l’égalité et contre les violences

Mis à jour le 28.02.18

min de lecture

A l’occasion du 8 mars, journée internationale pour les droits des femmes, la FSU invite les personnels de la Fonction publique à se mobiliser pour une réelle égalité professionnelle et contre les violences sexistes et sexuelles.

« La cause des femmes n’est ni secondaire, ni une opération de communication. Elle exige une volonté politique, des moyens humains comme financiers mais aussi des sanctions contre tous ceux qui ne respectent pas l’égalité professionnelle. » Dans un communiqué daté du 22 février, la FSU demande que ministères et collectivités locales fassent preuve d’une politique volontariste en matière d’égalité professionnelle dans la Fonction publique.
Par ailleurs, et relevant que les récentes études sur les violences sexistes et sexuelles n’épargnent pas la Fonction publique, elle revendique « un plan d'ampleur et des moyens humains et financiers fléchés pour lutter contre toutes les formes de violence. » Un combat qui passe aussi par la prévention et pour la FSU, « la lutte contre les stéréotypes de genre toujours persistants dans les médias, à l’école, dans la vie publique et privée doit être un objectif prioritaire. » C’est pourquoi elle demande que des modules de formations initiale et continue soient proposés à l'ensemble des personnels.

Une campagne unitaire de mobilisation

La journée internationale est aussi cette année l’occasion pour une coalition d’une vingtaine d’organisations féministes, d’associations et de syndicats, dont la FSU, de lancer une campagne de mobilisation avec notamment une enquête en ligne afin de réaliser un diagnostic des violences faites aux femmes au travail et un recensement des actions prévues partout en France autour du 8 mars. La FSU organise également le même jour, à Paris, une journée nationale de réflexion sur la question de l’égalité professionnelle et invite les personnels à participer aux actions qui auront lieu dans les régions.