Loi Blanquer : les PsyEN aussi

Mis à jour le 28.03.19

min de lecture

Un amendement, retiré au dernier moment, lors du débat sur la loi à l'assemblée nationale proposait que les psychologues soient placés sous la tutelle hiérarchique des médecins de l’éducation nationale. La vigilance s'impose au moment où le projet de loi est en discussion au sénat, en particulier dans le cadre de l'article 16 du projet de loi pour "l'Ecole de la confiance" qui traite de la promotion de la santé.

Le SNES-FSU et le SNUipp-FSU se sont adressés ensemble au ministre pour rappeler que les psychologues de l'EN ne sont pas membres de l’équipe médicale et que ce point soit bien clarifié lors de l'étude et du vote de la loi au sénat. Une vision très médicalisée de leur travail n'est pas conforme à la place originale que ces personnels occupent dans un espace intermédiaire entre le pôle médical et l'équipe pédagogique avec laquelle le travail est le plus important par ailleurs.
La tentation de « para-médicaliser » la psychologie n'est pas nouvelle. Sur le terrain, des prescriptions de bilans psychologiques par des médecins de l'EN, dans le cadre des demandes PAP, MDPH ou bien sur les questions de haut potentiel, créent certaines tensions lorsque les échanges, le travail d'élaboration de la demande sont court-circuités.
L'ancrage psycho-pédagogique du psychologue EN est une caractéristique de la fonction depuis sa création. L'étude des textes réglementaires liés au nouveau statut donne de nombreux exemples de cette complémentarité à rechercher avec les équipes pédagogiques et avec les familles .

Le courrier du SNUipp-FSU et du SNES-FSU

Monsieur le Ministre,

Le projet de loi « Ecole de la confiance » dans son article 16 traite de la promotion de la santé. La question de la santé concerne l'ensemble de la communauté éducative, prioritairement les médecins et les infirmiers de l'Éducation nationale, conformément au code de l'Education.
Toutefois, nous tenons à vous rappeler que les psychologues de l'Éducation nationale ne sont pas placés sous l'autorité des médecins de l'Éducation nationale. Ils ne sont pas membres de l'équipe médicale. Travaillant étroitement avec les équipes enseignantes, ils participent très régulièrement aux équipes éduca- tives et favorisent le lien école-famille, avec l'objectif de faire évoluer des représentations et des pratiques pédagogiques, familiales, éducatives autour de l'enfant ou de l'adolescent. Placés dans la hiérarchie fonc- tionnelle et administrative des enseignants, ils sont des appuis précieux au quotidien pour leurs collègues enseignants-tes, CPE, Infirmiers-ères et assistants de service social. Ils aident à la résolution de difficultés passagères ou plus durables, ils participent à rendre l'école plus inclusive et ils accompagnent les adoles- cents dans la construction d'un projet d'avenir ambitieux.
L'ensemble des textes réglementaires (Décret, circulaire missions, référentiels de connaissances et compétences) conforte cette place et consacre un positionnement équilibré des PsyEN que notre organisa- tion ne souhaite pas voir remis en cause. Le SNES-FSU et le SNUipp-FSU n'adhèrent pas à une vision médicalisant leur rôle au sein de l'Ecole et demandent que les PsyEN continuent à assurer leurs missions au bénéfice de tous les élèves.
Nous sommes disposées à en discuter avec vous.
Dans l’attente, nous vous prions de croire, Monsieur le Ministre, en l’expression de nos salutations respectueuses.