Un clic pour saisir les parlementaires

Mis à jour le 05.04.19

min de lecture

Après les mobilisations des 19, 30 mars et 4 avril et avant celle du 9 mai, la FSU a mis en place un site dédié pour saisir son député et son sénateur afin qu’ils votent contre les projets gouvernementaux en cours sur l’école « de la confiance » et la Fonction publique.

« Madame la députée, Monsieur le député, Madame la sénatrice, Monsieur le sénateur,
Je vous demande via ce mail de voter contre le projet de loi « pour une école de la confiance » qui est présenté par le ministre de l’Éducation nationale.
»
Ainsi débute le mail automatique qu’il est possible d’envoyer, grâce à une recherche simple par académie puis circonscription.

Pour signer, cliquer sur l'image

FSU

Le texte rappelle que la « loi ne devait initialement concerner que l’extension de la scolarité obligatoire à compter de 3 ans, faisant ainsi un cadeau à l’enseignement privé quand 97 % des élèves étaient déjà scolarisés » mais qu’au final 25 articles et 1000 amendements mettent en danger l’école française telle qu’elle existe « établissements des savoirs fondamentaux, établissements internationaux, article 1 limitant la liberté d’expression, formation des enseignants… ». 

Fragilisation des services publics

Ce mail concerne également un autre projet de loi qui inquiète, celui nommé « Transformation de la Fonction publique » mais qui s’avère plutôt « une destruction de la Fonction publique et une boîte à outil pour fragiliser plus encore les services publics dont le pays a besoin. Ce projet aura des conséquences lourdes pour l’ensemble de la population. Là aussi, l’ensemble des organisations syndicales représentatives des agents publics sont unanimement opposées à ce projet de loi. »
Cette loi s’attaque aux instances (CT/CHSCT), aux rôles et place des personnes élues dans la gestion des carrières et de la mobilité (suppression du rôle des CAP), à l’emploi titulaire (développement du contrat), à l’équité (salaire au mérite)… 
Il est donc demandé aux parlementaires de ne pas voter ces deux projets « compte tenu des dangers effectifs pour l’avenir de l’école, de la Fonction publique et des services publics ». Une première étape pour construire enfin des projets synonymes d’équité et de réussite pour le pays.