Rentrée, ce qui attend l'école et les personnels

Mis à jour le 28.08.20

min de lecture

Chaque nouvelle rentrée s’accompagne de son lot de nouveautés. Cette année le contexte sanitaire s’ajoute aux nouveaux guides ou encore aux circulaires. Petit tour d’horizon.

Du côté de l'école #

Protocole sanitaire

Le nouveau protocole sanitaire, paru le 26 août, met fin à la distanciation physique obligatoire dans les espaces clos. L'obligation de lavage des mains se limite dorénavant à l'arrivée à l'école, au passage aux toilettes et au départ de l'école.

2 scénarii pour une continuité

Deux hypothèses sont envisagées par le ministère « dans le cadre d’une circulation active du virus sur tout ou partie du territoire » et ont donné lieu à un plan de continuité pédagogique publié cet été. L’hypothèse 1 prévoit la limitation de la capacité d’accueil et précise que tous les élèves doivent pouvoir bénéficier d’enseignements en présentiel avec l’obligation de s’y présenter. Les élèves de CP et CE1 en éducation prioritaire et les élèves en situation de handicap seront prioritairement accueillis. L’hypothèse 2 prévoit la fermeture de l’école ou de l’établissement et la mise en place d’un enseignement à distance. Dans ce cas l’accent devra être mis sur « le maintien du lien avec les élèves, le partage de contenus pédagogiques de qualité » (sic) et « l’aide aux parents pour le suivi du travail des élèves ». Ce sont les autorités sanitaires (ARS et Préfecture) qui donneront des consignes de restriction amenant à utiliser l’hypothèse 1 ou 2. Ce document reste toutefois assez peu opérationnel.

Évaluations de rentrée, encore et encore

Les évaluations nationales standardisées de début CP et CE1 s’imposent à nouveau, sans tenir compte de l’exceptionnalité de cette rentrée. Elles sont complétées par des outils de positionnement facultatifs pour les autres niveaux. Le SNUipp-FSU continue à demander leur abandon.

Formations constellaires

Des formations de cinq jours, ciblées en maths et français, devraient venir compléter les animations pédagogiques. Organisées par groupes d’enseignant·es (ou constellations), elles devraient permettre un complément de formation tous les 6 ans. Mais elles s’appuient une fois encore sur une vision étriquée des fondamentaux en prenant pour seule référence les guides ministériels. Les modalités de mise en œuvre et les capacités réelles des conseillers et conseillères pédagogiques à tout assurer freinent également un véritable élan de formation professionnelle.

Averse de guides

La production de guides d’accompagnement se poursuit. La parution pour cette rentrée d’un guide sur l’enseignement des mathématiques au CP vient s’ajouter aux nombreux guides déjà publiés. Ces documents ne peuvent pourtant remplacer une solide formation continue réflexive.

Des PE au collège ?

Selon la circulaire de rentrée, dans le cadre des « parcours de soutien aux élèves qui éprouvent des difficultés à lire » en sixième, les PE peuvent être appelé·es en renfort sur un temps consacré à d’autres enseignements. Comme si l’école primaire n’avait pas de besoins en cette rentrée !

Formation des directeurs et directrices 

Tous les directeurs et directrices devraient bénéficier de deux jours de formation sur le temps de classe ou sur les animations pédagogiques. Une petite réponse pour faire face à des missions qui se sont accrues et complexifiées, mais ne suffira pas à résoudre la tension professionnelle qu’elles engendrent.

108 heures

Sur les 108 heures, 90 seront laissées à la libre organisation des équipes enseignantes. Les 18 heures d'animations pédagogiques perdurent.

24 par classe en GS, CP et CE1

Partout où c'est possible, le ministère recommande de limiter les classes de cycles 2, GS, CP et CE1, à 24 élèves. Mais le nombre insuffisant de création de postes rend l’équation parfois impossible pour les cartes scolaires dans certains départements. Un objectif qui parait pour l’heure particulièrement difficile à atteindre en maternelle où les effectifs restent encore très importants. Cet objectif louable ne doit en aucun cas conduire à la surcharge des classes de petite et moyenne section.

APC

Les APC devront être destinées en priorité aux élèves qui maîtrisent le moins les compétences de l’année précédente. Il sera possible de proposer un nombre d’heures d’APC supplémentaires. Mais rappelons que l’ensemble des 90h devrait être laissé à la libre organisation des équipes. 

Formation

Les plans français et mathématiques viennent compléter la formation continue des PE. Tous les six ans, chaque enseignante et enseignant bénéficiera d'une semaine approfondie en mathématiques et d'une autre en français tout en continuant de bénéficier des 18h annuelles d'animation pédagogique.

Du côté des personnels #

Un mouvement transparent ? 

« Est-ce que celles et ceux qui ont été nommés dans mon école l’ont été dans le respect du barème ? » Pour la première fois, il n’est plus possible de le savoir. En effet, l’administration ne transmet plus aux représentantes et représentants des personnels élus, les barèmes des nominations. Depuis 1968, les commissions administratives paritaires étaient chargées de vérifier le respect de l’équité dans ces opérations fort complexe. Un travail qui permettait la correction de nombreuses erreurs. Mais dans l’école de la confiance, la transparence n’est plus de mise et le fait du prince gratte à la porte. Un droit à reconquérir pour rétablir la sérénité au sein des équipes.

Prime REP+ : 3ème volet 

Le troisième volet de la prime REP+, initialement prévue au mérite, devait être donné dès septembre. Pour l'heure, aucune nouvelle de la rue de Grenelle sur le sujet.

Le masque l'emporte

Le protocole allégé établi en juillet prévoyait que les personnels enseignants n’étaient plus dans l’obligation de porter le masque. La situation du Covid évoluant, il est redevenu obligatoire dans un premier temps en élémentaire puis finalement aussi en maternelle. Et au fait, en tissu, c’est possible ? Ces jours-ci de nouvelles voix se sont élevées notamment celle du SNUipp-FSU pour réclamer des consignes claires à la hauteur de l’évolution de l’épidémie. Les PE savent-ils enfin à quel protocole se vouer ?

Prime Covid

Elle a beaucoup fait parler d’elle et devait être versée au mois de juillet. 330 € pour 4 à 9,5 journées d’accueil d’enfants de personnels prioritaires, 660 € pour 10 à 15,5 journées, 1 000 € au-delà. Certains personnels viennent de la recevoir sur la paye du mois d’août. S’ajoute à cela la prime promise aux directeurs et directrices d’école, fixée à 450 € et dont le versement est annoncé avant la fin de l’année civile.

AESH

4000 AESH supplémentaires viendront renforcer les 100 000 déjà en poste dans les écoles élémentaires et maternelles. De quoi légitimer encore davantage la création d’un véritable statut pour ces personnels accompagnants afin qu’ils et elles puissent avoir accès à une véritable formation et à une rémunération digne de ce nom.

Stagiaires 

Les lauréats du CRPE 2020, qui n’ont pas pu passer les oraux du concours, seraient susceptibles de passer un oral de titularisation à l’issue de leur année de stagiaire. À ce jour, aucune information sur les modalités ou les contenus n’a été divulguée.