Trop peu de places au concours 2018 des PsyEN

Mis à jour le 15.01.18

min de lecture

Neuf associations et syndicats demandent au ministre de recruter plus de psychologues de l’Education nationale pour que ceux-ci puissent remplir l’ensemble de leurs missions dans de meilleures conditions.

Dans un courrier adressé au ministre de l’Éducation nationale le 8 janvier dernier, neuf associations professionnelles et syndicats de psychologues lui demandent d’augmenter le nombre de places mises au concours de recrutement des PsyEN pour la session 2018. Car de fait, les places au concours externe sont en baisse de 16% pour la spécialité EDA, de 25% pour la spécialité EDO, déplorent les organisations alors même que le nombre de postes vacants ou occupés par des contractuels reste très élevé.
Elles estiment par ailleurs « indispensable que, pour mener à bien toutes leurs missions, les équipes d’écoles (…) puissent s’appuyer sur davantage de personnels titulaires », rappelant qu’il y a actuellement en France « un psychologue de l’Éducation nationale pour 1500 élèves alors que la moyenne dans les autres pays européens est d’un pour 800 élèves. »

Doubler les recrutements

Pour les signataires du courrier, cette situation entrave le travail de prévention et de prise en charge des difficultés que rencontrent les enfants et les adolescents. Elle rend aussi plus difficile l’élaboration de projets d’avenir ambitieux pour la réussite et le développement des capacités de chacun.
C’est pourquoi ils revendiquent un doublement du nombre de places offertes au concours, doublement par ailleurs rendu « indispensable pour combler le nombre de postes vacants et anticiper les prochains départs à la retraite qui s’annoncent importants. »