En faute professionnelle ? Vraiment ?

Mis à jour le 22.03.19

min de lecture

Suite à la lettre des syndicats à Jean-Michel Blanquer pour lui demander de retirer ses menaces de sanction, la rue de Grenelle semble renouer le dialogue.

Les menaces de sanctions brandies par la rue de Grenelle à l’encontre des personnels des écoles qui refusent de participer aux évaluations CP n’y changeront rien. Ces tests restent contestés par la plus grande partie de la communauté éducative, c’est ce que le SNUipp-FSU et cinq autres syndicats ont fait savoir au ministre dans un courrier commun daté du 15 mars.
Pour eux, « Les professeurs appliquent les programmes, mettent en place les enseignements conformément aux textes en vigueur, réalisent des évaluations régulières pour mesurer les réussites et les difficultés des élèves. », ils ne sont donc pas en faute.

Place au dialogue ?

Le 20 mars, le ministère rencontrait les syndicats à ce sujet, une première prise en compte de la colère de la profession qui s’était en partie exprimée dans la rue la veille. Le dialogue semble être renoué, la rue de Grenelle indiquant vouloir privilégier le « rappel à la loi » avant toute sanction disciplinaire.
Le SNUipp-FSU a demandé que des consignes allant dans ce sens soient transmises aux recteurs et aux dasen. Il soutiendra les personnels qui pourraient néanmoins être menacés.