#ÀParisle18Mai

Mis à jour le 10.05.19

min de lecture

Le 18 mai, le SNUipp, la FSU et la FCPE invitent les enseignantes et les enseignants, les parents, les associations et les élus locaux à manifester à Paris pour redire à Jean-Michel Blanquer qu’ils ne veulent pas de sa loi et réclament un autre projet pour l’école. Toute la semaine de nombreuses actions s'organisent sur le territoire.

Sous le soleil, c’est promis, toute la communauté éducative est invitée à manifester dans les rues de Paris le 18 mai prochain. Les uns défileront pour redire au ministre de l’Éducation nationale que décidément non, ils ne veulent pas de ses établissements publics des savoirs fondamentaux.
Les autres battront le pavé pour que chaque école garde sa directrice et son directeur, lesquels entendent rester avant tout des collègues, sans autorité hiérarchique sur les équipes. D'autres encore, marcheront pour dénoncer le cadeau fait à l’école privée avec l’instauration de l’instruction obligatoire à 3 ans.
Sur ce côté du boulevard, on réclamera que les effectifs baissent partout, et pas seulement en Grande section, en CP et en CE1. Et pour que les dédoublements dans l'éducation prioritaire ne se fassent pas au détriment des autres classes.
Sur l'autre côté de l'avenue, on refusera de confier des classes à des étudiantes et à des étudiants sans formation. On réclamera aussi que chacun et chacune puisse continuer à livrer librement son opinion sur le métier, sur l'école comme elle va, sans encourir les foudres de l’inspecteur.

Sur tous les tons

En musique, les unes demanderont que leur formation continue ne se limite pas à des animations pédagogiques refermées sur les maths et le français. Et les autres réclameront que cette formation, tellement nécessaire, ne se déroule pas pendant les vacances.
En chanson, celles-ci, ceux-là, diront que la maternelle doit rester une grande école pour les petits et pas une « prépa » au CP.
Et toutes et tous reprendront en chœur, que vraiment, vraiment... il serait temps d’être mieux payés !
En clair, une manifestation pour que le gouvernement comprenne enfin que la communauté éducative n'en veut pas de cette loi. Et qu’elle demande un vrai dialogue, afin de bâtir un vrai projet d’avenir pour l’école.

Et en vidéo

Dans les départements aussi

Les mobilisations sont nombreuses dans les départements, à l'initiative du SNUipp-FSU et des parents avec des grèves et rassemblements et points presse le 14 mai, des apéros revendicatifs, des opérations « écoles mortes » (ici aussi), des blocages d'entrée du rectorat et des réunions publiques comme à Billère vendredi 17 mai, à Mourenx lundi 20 mai et à Eysus jeudi 23 mai dans les Pyrénées-Atlantiques. Des bus sont organisés pour rejoindre la manifestation nationale samedi 18 mai à Paris, départ 13 h 30 de Montparnasse.