CSP
Nouveaux programmes maternelle : le SNUipp-FSU auditionné
7 mars 2014

Le groupe d’élaboration des programmes de maternelle a présenté les grandes orientations de ces futurs programmes qui entreront en vigueur à la rentrée 2015. Un premier rendez-vous, important, qui donne le « la » pour la poursuite d’un travail plus approfondi du CSP.

Des propositions qui vont dans le bon sens.

Cadrée par un cycle unique, l’école maternelle conforte sa place fondamentale de première étape dans la réussite des élèves : une première école, indispensable dans la lutte contre les inégalités. Des vecteurs à la réussite, annexes aux apprentissages, sont rappelés : le rôle déterminant de la famille, celui du travail en équipe, du travail avec les partenaires et notamment les ATSEM ont été ainsi mis en valeur. La scolarisation des moins de trois ans est, elle aussi, pointée comme importante dans le dispositif de réussite de tous.

Le groupe réaffirme la nécessité que les élèves aient du temps pour apprendre : pas d’apprentissages prématurés, une pédagogie évolutive, adaptée à l’âge et au développement de ces petits élèves. Néanmoins, il s’agit bien d’une école à part entière où les apprentissages ont pour rôle de soutenir et favoriser le développement de l’enfant pour le préparer aux apprentissages de l’école élémentaire. L’évaluation des élèves devra participer à ce travail de valorisation de l’élève et de son travail.

Le rôle fondamental du langage, oral et écrit, est rappelé : il s’agira de mettre en place des situations d’apprentissages permettant la stimulation et la structuration du langage et une entrée plus progressive dans l’écrit.

L’école maternelle doit aussi assurer l’acquisition des règles de vie en société, l’égalité entre filles et garçons et l’intégration des enfants en situation de handicap.

Une architecture en domaines

« Apprendre ensemble pour vivre ensemble » serait au cœur de ce collectif d’apprentissages visant une citoyenneté ouverte sur différentes cultures où l’enfant apprendrait progressivement à devenir élève. Cinq domaines sont proposés ; les contenus précis font l’objet des travaux à venir du groupe « Maternelle » du CSP.

  • Le langage oral et écrit : découverte de l’écrit, culture littéraire, découverte du principe alphabétique et l’éveil à la diversité linguistique. Rôle de l’adulte dans ces apprentissages.
  • Le corps pour agir, pour comprendre, pour s’exprimer.
  • Activités artistiques : corps, voix, gestes.
  • Les premiers apprentissages mathématiques : numération, espace, temps.
  • Explorer le monde des objets, des matières, le monde du vivant : aller vers une culture scientifique et technologique.

Les propositions du SNUipp-FSU

Lors de cette audition, le SNUipp-FSU a remis sa contribution pour des programmes renouvelés et revivifiés. En s’appuyant sur les réussites actuelles, l’engagement des enseignants, et les travaux de la recherche, il propose des pistes qui lui semblent incontournables. Elles croisent, et c’est de bonne augure, celles dressées par le CSP.

Pour le SNUipp-FSU, la maternelle doit à la fois stimuler le développement langagier, moteur, sensoriel, intellectuel et culturel des élèves et les préparer à s’adapter et à réussir à l’école élémentaire. Ni garderie, ni « petit CP », l’école maternelle doit être pensée pour tous les enfants et notamment les plus fragiles, sans anticiper de manière prématurée les apprentissages, et avec des formes d’organisation et d’activités (jeux, manipulations, découverte, apprentissages guidés...) adaptées à leur âge et leurs besoins de développement.

Des évolutions significatives sont nécessaires. Pour cela, les nouveaux programmes qui doivent être présentés par domaines doivent connaître des évolutions significatives dans plusieurs champs :

  • L’apprentissage du langage, grande priorité de l’école maternelle doit être redéfini.
  • Les apprentissages mathématiques sont à reconsidérer en proposant des progressions tout le long du cycle 1 et en intégrant les résultats de la recherche notamment sur la construction du nombre chez le jeune enfant.
  • Les activités motrices, sensorielles et artistiques qui ont été reléguées au second plan sont à revaloriser afin de stimuler tout autant l’imagination et la créativité que le développement de la pensée logique ou l’expression corporelle.
  • Le domaine « devenir élève » est à redéfinir en y affirmant fortement les notions de progressivité, de durée, de coopération et de bienveillance.

Dans le même temps, ces nouveaux programmes devront affirmer la nécessité d’une liaison entre la grande section et le CP afin d’assurer des continuités notamment pour les élèves les plus fragiles mais aussi replacer les évaluations dans une logique de progrès et non de sanction, sans oublier par ailleurs l’importance de la place et du rôle des parents au cours de ces premières années de scolarisation de leurs enfants.

Primordial : l’accompagnement et la formation des enseignants

Même si nous savons que de nouveaux contenus d’enseignement ne feront pas tout à eux seuls, ils doivent donner une ambition et une tonalité au travail quotidien qui se met en œuvre dans les classes pour les élèves. Leur mise en œuvre doit surtout être accompagnée de documents pédagogiques et de formations solides et spécifiques, éléments primordiaux pour que la réussite de tous fasse école dès la maternelle.

A cet effet, et pour commencer le travail, le SNUipp-FSU demande qu’une journée banalisée de consultation soit organisée dès que le projet de programmes pour l’école maternelle sera communiqué par le CSP.

Télécharger :
- la contribution complète du SNUipp-FSU pour les nouveaux programmes de l’école maternelle

Lire aussi :
- des points de vue de spécialistes de l’école et de chercheurs
- le bilan des programmes 2008 par les enseignants