Droit à l’éducation
Des outils pour la scolarisation des enfants roms
4 octobre 2013
  (2 votes)

Alors que la scolarisation des enfants roms est remise en cause par certaines collectivités, le CDERE a publié deux documents pour répondre aux idées reçues et assurer dans les meilleures conditions leur scolarisation.

Alors que certaines communes refusent de scolariser les enfants roms, le CDERE (Collectif pour le droit des enfants roms à l’éducation, dont le SNUipp-FSU est membre) met à la disposition des enseignants des outils pour combattre les idées reçues et les aider à accueillir et scolariser ces enfants dans les meilleures conditions. La législation, conformément à la Convention internationale des droits de l’enfant, impose aux Pouvoirs publics de garantir le droit à l’éducation à tout enfant se trouvant sur le territoire national, quels que soient son origine et ses modes de vie ou d’habitation. Cette obligation scolaire s’impose autant aux aux maires qu’aux parents, et son non-respect peut entraîner des peines d’emprisonnement et une forte amende.
Même si l’hébergement est provisoire sur la commune, il doit être procédé à la scolarisation des enfants dans les établissements proches du lieu d’installation de la famille. « Aujourd’hui, avec les démantèlements et en dépit de la circulaire du 26 août 2012 qui devait les encadrer, la situation n’est pas satisfaisante » déplore pourtant Marie Derain, Défenseure des enfants auprès du Défenseur des droits, dans une interview à [Fenêtres sur cours] qui fait le point sur la situation des mineurs étrangers dans notre pays.

A consulter :
- les “intermittents de l’école” au B.O
- un document d’information réalisé par le CDERE* et destiné aux enseignants amenés à scolariser des enfants roms
- contre les idées reçues
- L’interview de Marie Derain sur SNUipp.fr