Dossier "Élémentaire : les nouveaux programmes à la loupe"
Un cycle 3 de consolidation
25 août 2016

Le cycle 3 est désormais le cycle de consolidation et plus celui des approfondissements. Un changement qui n’est pas que de surface car à l’empilement des contenus se substitue une consolidation des acquis « afin de les mettre au service des autres apprentissages ». « Stabiliser et affermir pour tous les élèves les apprentissages fondamentaux » sera l’objectif de ces trois ans comprenant l’année de 6ème qui, selon le texte, doit permettre une adaptation au collège et une entrée progressive dans les disciplines.


Mathématiques | Rencontrer les problèmes

« Chercher, modaliser, représenter, calculer, raisonner et communiquer », ces six compétences mathématiques sont à développer dans trois domaines : celui des nombres et des calculs, celui des grandeurs et mesures et en géométrie. La proportionnalité doit être traitée dans chacun de ces domaines. La résolution de problèmes irrigue l’ensemble du champ mathématique pour « apprendre à chercher » comme pour montrer « comment les notions mathématiques peuvent être des outils pertinents pour résoudre des situations ».
Un travail sera nécessaire pour affiner les repères de progressivité et déterminer ce qui doit être vu à l’école et les apprentissages qui seront réservés au collège.

Au CM, on aborde les nombres jusqu’au milliard. L’étude des fractions et des décimaux commence dès le CM1. L’addition et la soustraction des décimaux se travaillent dès le CM1, la multiplication d’un décimal par un entier au CM2. La division euclidienne se travaille en CM1, celle faisant intervenir un décimal au dividende ou dans le quotient au CM2.


Côté grandeurs et mesures, on aborde au cycle 3 la notion d’aire d’une surface en la distinguant du calcul du périmètre. On découvre également les angles et la mesure des volumes en la liant aux contenances. On fait appel à la résolution de problèmes notamment ceux de proportionnalité, et on travaille sur les estimations.


En géométrie, les élèves doivent passer d’une géométrie de la perception à une géométrie instrumentée, puis à partir du CM2 à une géométrie du raisonnement sur les propriétés et les relations. On fait appel dès le CM1 aux logiciels de géométrie dynamique.


Le français se plie en 4

L’oral, la lecture, l’écriture et l’étude de la langue sont les 4 piliers des programmes de français. Une dizaine d’attendus de fin de cycle seulement, des contenus allégés par rapport à 2008 mais avec des objectifs ambitieux.

L’oral, doit prendre sa place dans toutes les disciplines mais aussi dans le cadre de séances spécifiques. La compréhension de l’oral devient un objet d’enseignement à part entière comme en langue vivante. Ce passage à un apprentissage plus structuré et explicite ne sera pas facile sans formation. C’est sans doute pour cela que les ressources d’accompagnement proposées par le ministère sur ce thème sont conséquentes.


En lecture, le travail sur la compréhension est essentiel. Là encore un apprentissage structuré et explicite est prescrit.
Le travail sur le code doit se poursuivre « pour les élèves qui en auraient encore besoin » et la lecture doit s’articuler avec l’écriture et l’étude de la langue.


L’écrit revient lui aussi en force. Il ne s’agit plus de produire des rédactions mais d’intégrer l’écriture au service de tous les apprentissages et d’affirmer chez les élèves une posture d’auteur. Ils devront écrire à la main comme au clavier, réécrire pour faire évoluer leur texte et prendre en compte progressivement les normes de l’écrit.


L’étude de la langue devra se concentrer sur les régularités que ce soit en orthographe ou dans l’étude de la morphologie verbale. Elle s’appuie sur la comparaison, la transformation, le tri et le classement. L’acquisition du lexique se fait en contexte et hors contexte.


Langues vivantes | Vers le A1

« À la fin de l’école élémentaire, les élèves doivent avoir acquis le niveau A1 du CECRL, c’est-à-dire être capables de communiquer simplement avec un interlocuteur qui parle distinctement. » Un niveau à développer dans les cinq activités langagières répertoriées : écouter et comprendre, lire et comprendre, parler en continu, écrire, réagir et dialoguer.

À cela s’ajoute la découverte des aspects culturels de la langue vivante étrangère ou régionale.

Un programme ambitieux qui, même s’il est maintenant accompagné de ressources et de documents, reste complexe à explorer et demandera sans doute un investissement important de la part des enseignants.


Histoire & géographie | Fortes en thèmes

Trois thèmes d’histoire et de géographie pour chacune des années du cycle, c’est la nouveauté de ces programmes. À côté des compétences qui fixent les objectifs d’apprentissages, ces thèmes détaillent assez précisément les contenus à aborder et dessinent de fait une programmation précise.

Ce qui fait défaut, c’est une description des démarches et des propositions d’outils à utiliser, d’autant que les documents ressources ne sont pas encore parus en ligne. À la veille de la mise en œuvre de ces nouveaux programmes, cela rend les enseignants très dépendants de manuels dont peu d’entre eux pourront disposer dès cette année.


Sciences & technologie | Bourrées de complexe

« Généraliser et abstraire tout en partant du concret et des représentations des élèves », c’est l’objectif ambitieux de ce domaine d’apprentissage. Et il reste complexe car il articule de nombreuses compétences générales à travailler dans quatre thèmes : matière, mouvement, énergie, information ; le vivant ; les matériaux et objets techniques ; la planète Terre et les êtres vivants dans leur environnement.

Chacun de ces thèmes a ses propres attendus de fin de cycle et des compétences spécifiques ce qui rend l’appropriation des programmes difficile. Les documents d’accompagnement sont de nature très différente et ne prennent pas toujours en compte la réalité des conditions d’enseignement au niveau du temps, du matériel ou de la formation des enseignants.

EN BREF

LITTÉRATURE
7 OUVRAGES PAR AN


Avoir accès à des œuvres intégrales même si elles ne sont pas lues intégralement, lire plus en quantité mais aussi accroître la culture littéraire des élèves, la littérature reprend une place de choix dans les programmes.

Le texte donne des indications précises de corpus et propose de garder une trace des ouvrages lus dans un cahier de littérature. Les listes d’ouvrages recommandés par le ministère dont la dernière mise à jour date de 2013 sont donc toujours d’actualité.

http://eduscol.education.fr/cid58816/ litterature.html

EN BREF

ORTHOGRAPHE RÉNOVÉE
LA RÉFÉRENCE


« L’enseignement de l’orthographe a pour référence les rectifications orthographiques publiées par le Journal officiel du 6 décembre 1990. » C’est dit et déjà pris en compte dans la rédaction des programmes elle-même comme dans celle des nouveaux manuels. Une dizaine de nouvelles règles à appliquer essentiellement pour simplifier ou corriger des anomalies.

www.orthographe-recommandee.info/ miniguide.pdf
EN BREF

GRAMMAIRE
NOUVELLE TERMINOLOGIE


Plus de complément circonstanciel mais un complément de phrase, plus de compléments d’objet mais des compléments de verbes. Plus de groupe verbal mais une phrase composée d’un sujet et d’un prédicat. Il va falloir se familiariser avec une nouvelle terminologie grammaticale (voir l’infographie).

On ne parle plus de conjugaison mais de l’observation du fonctionnement du verbe et de sa morphologie. Cela passe par l’analyse des marques de personne et des marques de temps.

L’ensemble du dossier

- Présentation du dossier
- Un cycle 2 redessiné
- « Donner une vraie chance aux cycles », 3 questions à André Tricot, professeur à l’ESPE de Toulouse Midi-Pyrénées, coordinateur du groupe chargé de l’élaboration du projet de programme pour le cycle 2
- Cycles 2 et 3 – Education artistique et EPS
- Un cycle 3 de consolidation
- « Aider les élèves à conquérir leur autonomie » - 3 questions à Sylvie Plane, professeure en sciences du langage à l’Université Paris-Sorbonne, membre du Conseil supérieur des programmes