Consultation programmes
Questions de temps
8 mai 2015

Emploi du temps : à l’heure de l’EMC

Peu de changements dans les horaires prévus pour les nouveaux programmes si ce n’est l’augmentation du temps imparti à l’enseignement moral et civique (EMC). Celui-ci devra compter une heure par semaine dont 30 minutes « consacrées à des situations pratiques favorisant l’expression orale ». 36 heures au total, récupérées en partie sur l’éducation artistique ou les sciences. De quoi questionner la faisabilité des programmes dans ces domaines disciplinaires. Car, au final, cela risque de diminuer la place d’activités qui demandent du temps d’installation et de manipulation par les élèves (productions artistiques, sorties musées, démarches expérimentales, compte rendu d’expériences, …).

Récréation  ?

Les programmes sont à nouveau présentés sur 24 heures hebdomadaires. Or, chacun sait bien que du fait des récréations et des temps interstitiels de régulation, nécessaires à la vie de la classe, le temps réel de travail pour les élèves est plutôt de 22 heures par semaine. Il importe que cette contrainte soit prise en compte dans les contenus des nouveaux programmes. Sinon, on demandera encore aux enseignants de tenir l’impossible et de procéder chacun dans leur coin à des arbitrages, en laissant de côté certains contenus, ce qui finit par être inégalitaire pour les élèves.

Du temps pour apprendre

Un rapport de l’inspection générale de juin 2013 sur la mise en œuvre des programmes de 2008 affirmait que « l ’efficacité attendue de l’école suppose que soient prises en considération, outre les temps d’évaluation, les activités d’entrainement nécessaires à l’automatisation de certaines connaissances, à l’apprentissage de leur transfert et de leur intégration dans des situations de complexité croissante ; le report hors de l’école de ces composantes indispensables à la consolidation des acquis pénalise les enfants qui ne peuvent être aidés ». Les programmes doivent souligner et prendre en compte cette nécessité.

Et les nouveaux rythmes  ?

Les programmes n’en disent pas un mot et c’est bien dommage. Pourtant, contenus et rythmes devraient être pensés en cohérence pour une bonne organisation des journées scolaires. Dès 2013, l’inspection générale avait mis le sujet sur la table :« l’habitude de placer le français et les mathématiques en matinée risque, si elle persiste, de conduire à laisser fort peu de place aux autres enseignements dans des après-midi qui auront une durée inférieure à trois heures ».


Retour au sommaire général