Étude de la DEPP
La maternelle toujours en quête d’équilibre
15 septembre 2013
  (3 votes)

Si l’étude faisant état d’une augmentation du niveau des acquis des élèves à l’entrée au CP entre 1997 et 2011 est une bonne nouvelle, 26% des enfants rencontrent toujours des difficultés. On ne peut donc conclure à de supposés bienfaits d’une « primarisation » et pour le SNUipp-FSU, la maternelle est à la croisée des chemins. Elle a besoin d’un vrai changement de cap.

Avec la publication d’une nouvelle étude faisant état d’une forte augmentation de niveau des acquis des élèves à l’entrée au CP entre 1997 et 2011, la valeur de notre école maternelle retrouve quelques couleurs. On ne peut que se réjouir quand l’école progresse dans son ensemble tout en commençant à réduire les inégalités. Voilà donc un sacré camouflet adressé aux détracteurs de l’école maternelle qui s’interrogeaient sur l’utilité de recruter et de former les enseignants à BAC + 5.

Des résultats à regarder de près

Pourtant, les résultats de cette étude ne permettent en aucun cas de conclure aux bienfaits de la primarisation de la maternelle. En effet, des domaines ne sont pas évalués et 26% des élèves rencontrent toujours des difficultés. Phonologie, écriture, mémorisation, prélecture, beaucoup de compétences évaluées par l’étude de la DEPP font appel à des activités d’entrainement, au demeurant nécessaires, mais pas suffisantes pour que les élèves maitrisent tous les apprentissages et développent toutes leur capacités . Qu’en est-il par exemple de la compréhension ? En français, pour devenir un lecteur expert, l’élève doit aussi accéder au sens de ce qu’il lit. Il doit notamment être capable de comprendre les implicites et les inférences présents tout au long d’un texte. Ces compétences s’appuient sur la maitrise du langage oral qui doit rester la grande priorité de l’école maternelle. Et de ce point de vue, chacun sait que l’enfant développe aussi son langage à travers le jeu, la découverte d’albums de littérature de jeunesse, les activités motrices et physiques... Autant de formes préscolaires qui ont toute leur place à la maternelle et dont l’étude ne dit rien.

Indispensable formation

Aujourd’hui, la maternelle a bel et bien besoin de se construire une nouvelle identité. Dans cette optique, on ne peut que souscrire aux propos du ministre, dans le journal Le Monde du 14 septembre dernier, et qui déclare qu’ « il faut restituer à la maternelle son équilibre » entre le nécessaire épanouissement et les indispensables premiers apprentissages. Pourtant, on ne redessinera pas la maternelle sans mettre en œuvre un grand plan de formation initiale et continue alimenté par les récents travaux de la recherche. En privant de formation, les 80 000 enseignants de maternelle, beaucoup de savoirs professionnels spécifiques à cette école se sont perdus. Le SNUipp-FSU en appelle donc à un vrai changement de cap. L’urgence est d’autant plus grande que si des progrès sont constatés, 26 % d’enfants à l’entrée au CP ont un niveau de performance encore trop insuffisant. Personne ne peut se satisfaire de cet état de fait. Il n’y a pas de temps à perdre.

Consulter :
- la note détaillée de la DEPP

Lire aussi :
- le dossier de Fenêtres sur cours sur la maternelle