Arrêt des APC : le SNUipp-FSU lance la consigne
30 septembre 2016
  (8 votes)

Les enseignants des écoles sont déjà 35 000 à s’être engagés à ne plus faire l’APC afin de redonner ce temps aux équipes et compenser une partie du travail invisible. Un premier objectif atteint pour le SNUipp qui s’adresse à la ministre et lance sa consigne d’arrêt des APC.

 {Cliquer sur l'image}

Pour vous engager, cliquez sur l’image

Soyons de plus en plus nombreux !

Le cap des 35 000 engagements est dépassé. Pour le SNUipp-FSU, il s’agit d’une première victoire.
D’ores et déjà, dans toutes les écoles de France, dans chaque salle des maîtres, le syndicat a réussi à ouvrir le débat autour de la réduction du temps de travail, à impliquer une part importante des enseignantes et des enseignants dans un engagement à arrêter les APC.

Un temps de travail qui doit être redéfini

Désormais il s’agit pour le SNUipp-FSU d’avancer concrètement vers la réduction du temps d’enseignement et d’obtenir rapidement des négociations avec la ministre sur ce dossier. Il continuera pour cela à développer un argumentaire montrant l’inefficacité des APC relayant entre autres les travaux récents de la recherche ou encore le dernier rapport sur les inégalités scolaires produit par le Cnesco et le réel besoin de redéfinir le temps de travail pour reconnaître l’ensemble des missions et tâches des enseignants.

Le syndicat passe à la deuxième étape de son action, avec derrière lui le rapport de force enclenché par plus de 10 % des personnels, rapport de force qui ne demande qu’à s’amplifier. Il s’est adressé à la ministre pour lui demander l’ouverture de discussions et lance dès aujourd’hui sa consigne d’arrêt des APC. Une campagne qui se déclinera dans les écoles avec une lettre aux parents et dans chaque département avec une adresse aux DASEN.

Lire la lettre à la ministre

PDF - 189.3 ko