Abécédaire du vivre ensemble : les petits Charlie font leur cinéma
7 mai 2016

Près de 700 classes ont participé au concours organisé par le SNUipp-FSU en partenariat avec la Bnf, la Ligue de l’enseignement, la ville de Paris, les éditions Actes Sud junior et le Café pédagogique. Avec un thème «  Créer un abécédaire du vivre ensemble  » qui résonnait de façon singulière après les tragiques événements de 2015. C’est un film réalisé par les élèves de CE1 d’une école du Gard qui remporte cette année le premier prix. Moteur… Action  !

Au rythme saccadé du cinéma muet, accompagnés d’un ragtime des années 20, les petits «  Charlie  »de l’école Préfecture à Beaucaire déroulent les 26 lettres de leur abécédaire du vivre ensemble. Ce film en noir et blanc, plein de poésie, c’est Julie Martin, une des deux maîtresses du CE1, qui en a eu l’idée. Dans cette école classée en REP+, on accueille de nombreux enfants allophones, des enfants de la communauté des gens du voyage et beaucoup d’autres, aux situations familiales assez compliquées. «  L’objectif initial était d’améliorer un climat de classe qui pouvait parfois être difficile  » explique Julie «  et de faciliter ainsi l’entrée dans les apprentissages. » Dès le mois de décembre les élèves ont sélectionné, à l’occasion de débats philosophiques, les mots clé qui serviraient de supports argumentaires aux différentes séquences du film. Avec Céline Chambon, l’autre maîtresse de la classe et Nancy Paganotto, la «  maître +  » de l’école, ils ont ensuite écrit les scenarii et les tournages ont pu débuter. Le J comme juste un sourire, le B comme bonjour, prononcé dans toutes les langues, même celle des signes, le M de mixité, ou encore le K, pour les kilos de câlins en forme de «  free hugs  »si agréables à partager.

Des résultats tangibles

Expression écrite, vocabulaire, enseignement moral et civique, EPS…autant de domaines d’apprentissage convoqués dans la conduite du projet. Les APC y sont aussi passées, mises à profit pour tourner en tout petits groupes les parties du film réalisées en cinéma d’animation. Une production au long court, alimentée par les nombreux moments d’échanges et les décloisonnements possibles entre les trois enseignantes. Et le résultat est là. «  Récemment, un élève a fait remarquer à un autre qui ne voulait pas s’asseoir à côté d’une fille qu’il s’agissait pourtant de mixité  » s’amuse Julie.

Le mot est posé, avec son sens et ses traductions pratiques. «  Le climat de classe s’est bien amélioré, on a avancé dans les apprentissages. Ça reste une classe avec ses soucis ordinaires bien-sûr, mais les enfants, même les plus timides ou les plus renfermés, ont pris confiance en eux, s’expriment et coopèrent  » détaillent les trois maîtresses. Et puis le film a été projeté à toute l’école et aux familles. Des familles ravies du résultat, fières de ce qu’ont produit leurs enfants qui sont souvent en quête de cette reconnaissance. Mais pour l’heure, les petits Charlie font tournoyer leurs cannes, impatients de rejoindre le bord de mer et la classe de découverte qu’ils vont bientôt «  vivre ensemble  ».

Voir :
- le film « Les petits Charlies ».

Voir aussi :
- l’ensemble du palmarès du concours et une partie des réalisations.