Filles-garçons
Une convention pour l’égalité
10 février 2013
  (1 vote)

La convention interministérielle pour une réelle égalité entre les filles et les garçons dans le système éducatif a été publiée au BO du 7 février. Un texte ambitieux qui décline des mesures à développer rapidement, dès l’école primaire.

« Acquérir et transmettre une culture de l’égalité entre les sexes », « renforcer l’éducation au respect mutuel et à l’égalité entre les filles et les garçons, les femmes et les hommes » et « s’engager pour une mixité plus forte des filières de formation » : c’est l’ambition affichée par la convention interministérielle pour l ’égalité entre les filles et les garçons dans le système éducatif. Publié au BO du 7 février, le texte engage pas moins de six ministères pour une période de cinq ans (2013-2018), sa mise en œuvre sera suivie par un comité de pilotage et sanctionnée par une évaluation six mois avant son terme.

Des priorités bien définies

Dès cette année, priorité est notamment donnée à une intégration de la thématique dès l’école primaire, thématique qui sera inscrite dans le référentiel de la formation des enseignants. Une lettre de cadrage devrait aussi être transmise au futur Conseil supérieur des programmes et une mission de l’IGEN sur l’égalité filles-garçons est demandée. Car « l’école doit s’organiser et agir pour ne pas alimenter, malgré elle, les stéréotypes sexistes. » ont déclaré Najat Vallaud-Belkacem, ministre des Droits des femmes et George Pau-Langevin dans un communiqué commun. « Les manières d’interroger, de donner la parole, de noter, de sanctionner et évidemment d’orienter, révèlent des représentations profondément ancrées (…) et ont des conséquences significatives sur les parcours scolaires. » ont-elles aussi souligné. Le cadre est posé, place maintenant aux travaux pratiques.

Lire :
- le communiqué interministériel

Lire aussi :
- l’égalité, ça s’apprend : un dossier de Fenêtres sur cours