Elèves en situation de handicap
Un accompagnement toujours précaire
4 septembre 2010

Voici 7 ans que l’Education nationale est en charge de la gestion de l’accompagnement des élèves en situation de handicap et rien n’a bougé. Plus de 20 000 « équivalents temps plein » sont employés à cette mission. Aucune professionnalisation des personnels, ni pérennisation de ce service n’ont vu le jour.

La rentrée se fera « en l’état  » en dépit des rodomontades du ministre qui « espère atteindre l’’objectif de 200 000 enfants en situation de handicap en 2011 ». En effet l’accompagnement des élèves en situation de handicap est assuré par plus de 20 000 « équivalents temps plein », pour moitié sur des postes d’assistants d’éducation et moitié sur des contrats aidés (CUI), appelés Emplois de Vie Scolaire (EVS). Tous ces contrats ne durent que de quelques mois à 3 ans renouvelables sous conditions. A la rentrée 2009, face à des fins de contrat massives, le gouvernement avait mis en place un dispositif – resté très marginal- de reprise des AVS par des associations. Tout en étendant cette possibilité aux services d’aide et d’accompagnement à domicile (SAAD), il a aussi constitué un groupe de travail conjoint éducation nationale et secrétariat de la famille et des solidarités sur la professionnalisation des AVS.

PDF - 20.2 ko

On observe aujourd’hui que le nombre d’AVS, tous statuts confondus, stagne alors que le nombre d’élèves accompagnés a augmenté. Pour le ministère il s’agit d’une meilleure adaptation des moyens, mais sur le terrain, cela se traduit plus souvent par leur « saupoudrage ». 70% des appels de parents à la cellule ministérielle « Aide handicap école » concerne ce sujet.
Pour le SNUipp le dossier de la professionnalisation des AVS doit trouver rapidement des solutions car les conditions de travail et d’avenir de ces personnels sont aujourd’hui intolérables. Mais la scolarisation des élèves en situation de handicap ne se résume pas à l’accompagnement : d’autres conditions d’accueil (effectifs notamment), la formation et l’existence d’enseignants et personnels spécialisés en nombre suffisant doivent absolument être exigés.