Dossier : "Plus de maîtres que de classes | Le métier en équipe"
STAINS : le plus de la maîtresse sup’
18 décembre 2012

En Seine-Saint-Denis, le dispositif « plus de maîtres que de classes » est une réalité pour certaines écoles depuis 15 ans. À Stains, l’équipe de l’école Romain Rolland s’est saisie de cette opportunité pour améliorer le travail collectif au service des apprentissages des élèves.

La présence de deux enseignantes permet de mieux prendre en compte chaque élève et l’aide à s’investir dans l’activité proposée. Comprendre le classement des ouvrages, déduire le contenu d’un livre d’après sa couverture, choisir une lecture adaptée à ses compétences... les CE2 de l’école Romain Rolland à Stains (93) n’en ont pas fini d’apprendre à profiter au mieux des 3000 références de la BCD. Ce matin, deux maîtresses les accompagnent dans leur exploration. Depuis 5 ans, Rachel Schneider, « la maîtresse sup », a choisi, en accord avec l’équipe, d’axer le travail qu’elle mène avec les 11 classes de l’école élémentaire et 3 classes de grande section sur la création et l’exploitation de la BCD. Rachel intervient deux jours par semaine selon des modalités qui varient en fonction des objectifs pédagogiques poursuivis. « Priorité aux CP-CE1 qui disposent d’un créneau par semaine. C’est essentiel de les faire entrer dans l’univers des livres et de la culture au moment où ils apprennent à lire » précise Rachel. Elle prend en charge des petits groupes sur une tâche précise ou intervient aux côtés de l’enseignant de la classe. Elle peut aussi se mettre à disposition d’un projet de classe comme celui de Safi Bakhti, maître de CM2, dont les élèves ont exploré l’univers de la mythologie grecque. Pour Safi, « Rachel a été une personne ressource précieuse en menant une recherche documentaire fouillée, puis en soutenant et relançant en permanence les élèves grâce à son savoir-faire d’enseignante et sa passion pour le sujet ».

Un ciment pour le travail d’équipe

Le maître supplémentaire n’est pas une nouveauté en Seine-Saint-Denis. Grâce à une mobilisation départementale de plusieurs semaines, 42 postes ont été créés en 1998 dans le cadre d’un « plan d’urgence ». Depuis, le dispositif a fait la preuve de son utilité à tel point qu’à plusieurs reprises les enseignants se sont mobilisés pour le maintenir. À cette rentrée 2012, 13 de ces postes ont quand même été fermés. Si les postes sont étiquetés au mouvement, les équipes d’école peuvent décider collectivement de la personne qui l’occupera. À Romain Rolland, c’est Stéphanie Nanni qui a essuyé les plâtres à peine sortie de formation. Au vu du retard des élèves aux évaluations CE2 en maths, Stéphanie a choisi de centrer ses interventions sur cette discipline en proposant des activités faisant appel à l’argumentation. 4 ans plus tard, les progrès des élèves étaient sensibles. Pour Stéphanie, « le maître supplémentaire est aussi un levier pour faire évoluer les pratiques et un ciment pour le travail d’équipe ». Une analyse partagée par l’ensemble de l’équipe qui au fil des années a su construire un fonctionnement qui convient à tous. Thierry Adrassé, le directeur témoigne toutefois que « ce travail demande énormément de concertation ». Les heures d’aide personnalisée y sont largement consacrées mais demeurent insuffisantes. SMS, e-mails sont devenus des pratiques courantes pour régler les derniers détails des séquences à venir. L’heure du repas approche, Rachel enregistre les prêts de livre, glissant à chacun un avis sur l’ouvrage emprunté, un encouragement à la lecture. Pendant ce temps la maîtresse aide un de ses élèves à choisir un livre adapté à son niveau et susceptible de l’intéresser. Une disponibilité qui influe sur le climat de la classe et sans doute sur le rapport des élèves aux livres : ¾ des élèves de CM2 sont inscrits dans les bibliothèques publiques de la ville.

L’ensemble du dossier :

- Présentation du dossier
- Une circulaire au menu
- Martigues : pour améliorer les résultats
- « Un levier pour lutter contre la difficulté »
- STAINS : le plus de la maîtresse sup’
- Rapport 2001-2003, Un climat plus serein
- Colloque : Un accompagnement souple
- En bref
- « Coordination, régulation, coopération »