Rue de la bombe J. Ferrandez - Casterman (Carnets d’Orient N°7) 2004 (14,95 euros) Ados-Adultes
24 février 2007

Nous avions déjà évoqué à propos de l’Algérie ( Fenêtres sur cours N° 238) cette superbe série de Bande dessinée D qui comporte sept titres regroupés en deux parties. La première commence avec l’album « Djemilah » et se poursuit jusqu’au tome « Le centenaire ». C’est l’histoire de l’Algérie coloniale, des derniers temps de la conquête, en 1836, jusqu’au centenaire de l’Algérie française en 1930.

La seconde débute à la veille de l’insurrection de 1954 et comporte actuellement trois tomes, « Le cimetière des princesses », « La guerre fantôme » , « Rue de la bombe ». et La fille du Djebel Amour . Les destins de deux jeunes français, une étudiante en médecine et Octave un jeune militaire, croisent celui d’un garçon berger, Saïd et d’une jeune algérienne Samia... « Rue de la bombe », c’est 1957. La bataille d’Alger fait rage. Les attentats se succèdent : ceux du FLN et ceux des commandos « ultras ». Les personnages se débattent dans cette tourmente.

Samia, qui fait partie du FLN, prise entre deux feux, est menacée de mort, Saïd incorporé dans l’armée française est en butte au racisme de la caserne. Quant à Octave le militaire, il purge une peine de trente jours en forteresse pour s’être opposé à la torture... La série devrait se poursuivre jusqu’à la proclamation de l’indépendance en 1962...

Réflexion intelligente sur l’Histoire de la France et du Maghreb, rigueur de l’information, richesse du récit, beauté des illustrations quasi documentaires...