AED-AVS
Recrutement des assistants de scolarisation : priorité aux EVS !
14 juin 2011

2000 ’’assistants de scolarisation’’ doivent être recrutés à la rentrée 2011 pour l’accompagnement des élèves en situation de handicap. le SNUipp-FSU demande que les contrats soient proposés en priorité aux EVS actuellement en poste.

Le recrutement de 2000 assistants de scolarisation (AS) a été annoncé par le ministère de l’Éducation Nationale pour la rentrée 2011. Pour le SNUipp-FSU, priorité doit être donnée dans ce cadre aux EVS actuellement en poste. C’est en clôture de la Conférence nationale du handicap que Nicolas Sarkozy a annoncé la fin du recrutement des EVS pour l’accompagnement à la scolarisation des élèves handicapés, et son remplacement par de nouveaux contrats d’assistants de scolarisation (AS). La mesure a été immédiatement déclinée par le ministère de l’Éducation Nationale indiquant dans un dossier de presse que « 2000 assistants de scolarisation qualifiés supplémentaires seront recrutés dès la rentrée 2011, 4500 pour la rentrée 2012 et 7200 en 2013  ». Elle s’inspire du rapport Blanc, un des ’’pères fondateurs’’ de la loi de 2005. C’est une avancée qui va dans le sens des attentes des écoles, des enseignants et des familles des élèves handicapés.

Priorité aux EVS déjà en poste

Pour autant, on peut s’inquiéter du devenir des EVS actuellement en poste. Pour le SNUipp, il n’est pas envisageable que cette nouvelle donne aboutisse à leur licenciement. Il vient donc d’intervenir auprès du cabinet du ministre pour que les EVS actuellement en mission auprès des élèves en situation de handicap soient recrutés en priorité sur ces nouveaux contrats d’AS et ce, dès la rentrée prochaine. Il s’est aussi directement adressé au ministre afin que les nouvelles orientations présentées à l’occasion de la conférence du 8 juin fassent l’objet d’une large concertation avec tous les acteurs concernés.

Une amorce de professionnalisation ?

Même si la plus grande prudence reste de mise, ces nouveaux recrutements se feraient sous la forme de contrats d’apprentissage. Une amorce de professionnalisations ? En tous cas, une possibilité éventuelle, à l’issue du contrat – limité à six ans – d’embauche en CDI cette fois, par des associations œuvrant dans le domaine du handicap.

Lire aussi :
- Handicap : pas de nouveau souffle