Université d’automne
Première journée à Port Leucate
21 octobre 2011

Cette année, c’est Port Leucate qui accueille la 11 ème université d’automne du SNUipp. Soleil radieux et temps frisquet se sont donné rendez-vous pour accueillir les 300 enseignants des écoles venus travailler pendant les vacances.

Sébastien Sihr, secrétaire général du syndicat a donné le coup d’envoi de ces rencontres en annonçant les premiers résultats des élections paritaires qui confortent la FSU dans sa première place de fédération de l’éducation nationale et le SNUipp comme premier syndicat des écoles. Après un tour d’horizon d’une école en butte aux inégalités, aux suppressions de postes, il a appelé l’ensemble des participants à combattre la tentation du repli sur soi et le fatalisme de l’isolement. « Les cadres exercice de notre travail ne sont plus adaptés à la nouvelle complexité du métier : les élèves en difficultés, ceux en situation de handicap, ceux qui décrochent  ». Pour faire face, les enseignants sont trop souvent laissés seuls jusqu’à la culpabilité, l’épuisement. « Travail en équipe, temps de concertation, formation, il nous faut construire un nouveau chemin pour l’école  » a t-il lancé. « Avec nos Universités, nous provoquons la confrontation d’idées, la rencontre avec la recherche pour mettre en lumière les pistes de la transformation de l’école. Il s’agit bien d’un objectif et d’une démarche syndicale ».

Après une séance plénière menée par Didier Lockwood, les participants ont dû se plier à l’exercice difficile du choix puisqu’à chaque « session » ce sont 4 ateliers qui leur sont proposés. Pour la fin de l’après-midi : « les parents des milieux populaires face à l’école » (Pierre Périer), « enseigner l’égalité des sexes et lutter contre l’homophobie dès l’école primaire » (Gaël Pasquier) ; apprendre à comprendre la littérature de jeunesse à l’école maternelle » (Véronique Boiron) ; « la narration de recherche » (Mireille Sauter), une série de premiers ateliers qui a donné lieu à un flot de réactions et de questions/réponses.

Le repas, animé, a apporté la preuve que la mayonnaise avait pris. "Et toi tu viens d’où ? Qu’est ce que t’es allé voir ? T’en as pensé quoi ? Moi dans ma classe..."

Les choix cornéliens se sont poursuivis dans la soirée parce qu’après le repas un autre cycle de conférences était programmé : « Troubles du comportement » (Valérie Barry), « éthique professionnelle » (Eirick Prairat), « expérimentation sur l’apprentissage de la lecture » Edouard Gentaz), « enseignement de la géographie » (Thierry Philippot). A l’issue de cette première journée les participants, dont certains ont traversé la France, ont bien mérité leur oreiller...

Lire aussi :
- Ouverture de la 11ème Université d’Automne
- Pourquoi cette Université ? La réponse en vidéo
- Le blog du Café Pédagogique