Portrait
Philippe Lucas, Professeur au centre éducatif fermé (CEF) de Mont-de-Marsan dans les Landes
18 octobre 2010
  (1 vote)

« Chaque jeune est une nouvelle aventure. »

« En centre éducatif fermé, il n’y a pas deux journées pareilles », raconte Philippe Lucas enseignant au CEF de Mont-de-Marsan. Dans cet établissement géré par la Protection judiciaire de la jeunesse, 8 jeunes entre 16 et 18 ans sont inscrits simultanément et Philippe Lucas est leur professeur qui intervient en lien avec les éducateurs.

Après deux années passées en classe unique à Brassempouy, le changement est radical. Les premiers temps place à la débrouille d’autant qu’il lui aura fallu quatre ans pour obtenir une formation en CAPASH F. « Ma mission est de remettre ces jeunes à niveau sur les savoirs essentiels. Leurs acquis oscillent entre ceux attendus du CE2 au CM2 » poursuit-il. Les jeunes restent 6 mois renouvelables une fois dans le centre. Ils progressent selon trois modules qui les emmènent d’une évaluation des compétences vers un projet professionnel et une autonomie plus grande. L’enseignant dit opérer progressivement car il s’agit d’abord de réconcilier avec l’école des élèves qui, le plus souvent, arrivent en disant « j’aime pas l’école et je veux pas te voir ! ». Une gageure tant les parcours de ces décrochés sont chaotiques. « Nous sommes tributaires des décisions des juges pour enfants. Certains jeunes arrivent avec des affaires en cours de jugement… Ils nous quittent parfois pour une incarcération. »

Mais une mission qui amène son lot de satisfactions quand l’un d’entre eux, en préparant le certificat de formation générale (CFG), entre dans certains apprentissages. Malgré les difficultés, Philippe raconte qu’il se sent bien au CEF car l’équipe ne fonctionne pas sur des rapports de forces. Il explique : « Je ne me focalise pas sur les problèmes de violence ou d’incivilités. Le port de la casquette n’est pas une priorité première même si je rappelle la règle. » Il faut juste trouver la voie de passage entre la règle et ce qu’on a choisi de laisser faire. « Chaque jeune est une nouvelle aventure » résume-t-il.