Petit zizi censuré dans "Le livre de l’hiver" (A) Rotraut Susanne Berner-La joie de lire (13,90€) Dès 4 ans
10 octobre 2008

Un livre pour enfants « censuré » aux Etats-Unis

Nous avions déjà dit tout le bien que nous pensions des merveilleux livres-promenades de Rotraut Susanne Berner dans lesquels l’enfant pouvait suivre une foule de personnages qui agissaient et se croisaient dans la ville, au fil des saisons (voir la rubrique "Au fil des saisons" article 4554).

Les livres illustrés de Rotraut Susanne Berner, fourmillant de détails et conçus pour apprendre aux tout-petits à dénommer les objets de leur vie quotidienne, construire la notion de personnages et découvrir de mini histoires, ont été vendus à 250 000 exemplaires en Allemagne et 130 000 dans 13 pays à l’étranger.

Selon une dépêche de l’AFP, Rotraut Susanne Berner avait été sollicitée par l’éditeur américain Boyds Mill Press pour publier aux Etats-Unis ces fameux best-sellers. Mais l’éditeur américain a assorti sa demande de l’exigence que l’auteur retouche un de ses dessins dans le volume « Le livre de l’Hiver ». Làs ! dans une scène de visite de musée, figurent parmi d’autres, un tableau de nu féminin et une petite statuette d’ homme nu.

Boyds Mill Press s’est lui-même déclaré « désolé » de devoir présenter une telle demande, mais a expliqué que le livre risquait d’être refusé par certaines bibliothèques et de mal se vendre si le dessin n’était pas retouché, selon Mme Heinen.

Rotraut Susanne Berner a « catégoriquement refusé ce qu’elle considère comme une censure ».

Dans une interview à l’édition en ligne du journal Spiegel, l’auteur a qualifié de « ridicule » la demande des Américains, en relevant que la statue ne mesurait dans le livre que 7,5 mm, son pénis un demi-millimètre, et qu’il ne s’agissait donc que d’un « petit zizi ».

L’histoire ne dit pas si on va culotter le Manneken Pis, mettre un soutien-gorge à la Venus de Milo, et barbouiller de noir les parties dénudées des tableaux de Boticelli, comme on le voit dans le film d’animation "Persepolis" de Marjane Satrapi évoquant l’Iran contemporaine...