PISA focus 4
PISA : plaisir de lire et stratégies de lecture
10 janvier 2011

PISA 2009 montre que les jeunes qui ont les meilleurs résultats en lecture sont ceux qui lisent pour leur plaisir et surtout qui savent ce qu’ils doivent faire pour comprendre, retenir et résumer une information complexe.

Le volume 3 des analyses de PISA est centré sur la lecture. Il essaie d’analyser qui sont les lecteurs efficaces afin de donner des outils « aux parents, aux enseignants, aux administrations ». Il détaille les habitudes de lecture (à l’école, pour le plaisir, temps passé, diversité des lectures, lecture en ligne) et les différentes approches de compréhension et de mémorisation, de résumé ainsi que l’élaboration, le contrôle et la mémorisation de stratégies efficaces. Les résultats montrent que les jeunes qui ont les meilleurs résultats sont ceux qui lisent pour leur plaisir et surtout qui savent ce qu’ils doivent faire pour comprendre, retenir et résumer une information complexe.

Les sciences de l’éducation et la psychologie appliquée suggèrent que l’efficacité en lecture est le résultat de cycles d’apprentissages qui se succèdent et se cumulent : les attitudes envers la lecture et les apprentissages, la motivation, l’engagement dans l’activité et l’efficience se renforcent mutuellement à deux niveaux. Le premier vient du fait que « le futur dépend du passé », ce qui signifie que les performances passées en lecture prédisent fidèlement l’efficacité future. Le deuxième niveau indique que ce renforcement entre les différents aspects est spiralaire : « Plus un jeune lit, meilleur lecteur il devient. Plus il est bon lecteur et plus il s’attend à une bonne performance, plus il lira et plus il y prendra du plaisir ! »

Plaisir de lire et durée de lecture

Dans tous les pays (à l’exception du Kazakhstan), les étudiants qui aiment lire ont de bien meilleurs résultats que ce ceux qui aiment moins lire. Plus d’un tiers des étudiants de l’OCDE déclarent ne jamais lire pour le plaisir. Leur score moyen est 460 ( moyenne OCDE 493). Un autre tiers lit moins d’une demi-heure pour un score moyen de 504. 17% lisent entre une demi-heure et une heure, leur score est de 527. Ceux qui lisent plus d’une heure ont un score de 527.

Mais dans les 2/3 des pays de l’OCDE, l’écart associé au plaisir de la lecture est très supérieur à l’écart associé au temps de lecture. Pour la France ces écarts sont respectivement de 60 et 30 points. Ces résultats montrent qu’il faudrait sans doute encourager les jeunes à lire pour leur plaisir plutôt que de décompter le temps passé à lire.

Que lire ?

Les débats sur quel type de lecture va être le plus efficace pour améliorer les compétences de lecture ont été considérables. Les résultats montrent que les jeunes qui ont les meilleurs scores sont ceux qui lisent des œuvres de fiction mais surtout ceux qui utilisent la plus grande variété de supports et maîtrisent différents codes et pratiques de lecture. Sur l’ensemble des résultats proposés, les élèves français sont particulièrement bien placés concernant la corrélation entre leurs performances et la lecture d’œuvres de fiction ou de bandes dessinées, alors que dans les faits peu d’entre eux lisent des oeuvres de fiction ! Ils sont dans la moyenne concernant les magazines, dans les 2/3 du classement concernant les journaux, en fin de classement concernant les ouvrages qui ne sont pas de fiction. A propos de la lecture en ligne, les jeunes qui lisent leurs e-mails, qui chattent, qui regardent les infos sur le web, qui consultent un dictionnaire en ligne, qui y effectuent des recherches, qui participent à des forums, ont de meilleurs résultats.

Stratégies de lecture

- La conscience des stratégies les plus efficaces pour comprendre et retenir une information est en France, plus qu’ailleurs, corrélée avec les performances. Ce sont des comportements du genre « Je discute de ce que j’ai compris avec d’autres ; Je résume avec mes mots ; Je surligne les parties importantes, etc ». A l’inverse ne sont pas efficaces des stratégies comme lire à haute-voix ou lire rapidement 2 fois le texte.
- Savoir résumer un texte est aussi un atout pour être un lecteur efficace. Trouver les points importants, les souligner, en proposer une réécriture sont des stratégies plus efficaces que la copie de phrases. Les élèves français se situent très légèrement au-dessus de la moyenne de l’OCDE.
- L’utilisation de stratégies de contrôle – l’apprentissage auto-régulé- est associé avec les scores les plus élevés : cela concerne les jeunes qui démarrent leur travail en se demandant ce qu’on leur demande exactement d’apprendre, qui s’assurent avoir compris ce qu’ils ont lu, qui ont une vision claire de ce qu’il leur reste à apprendre, qui cherchent les points les plus importants du texte et cherchent des informations supplémentaires lorsqu’ils sont en difficulté. La France est le 3ème pays de l’OCDE pour la corrélation entre les stratégies de contrôle et les performances.
- L’utilisation des stratégies de mémorisation est utile et demandée pour certaines tâches mais ces stratégies sont moins essentielles que les stratégies de contrôle. Les recherches montrent que ces stratégies ne mènent pas à une compréhension profonde, qu’elles n’aident pas les élèves à développer les compétences permettant de trouver ce qui est sous-entendu dans les textes et surtout qu’elles ne permettent pas de faire des liens avec les connaissances acquises antérieurement dans différents contextes. Il s’agit ici de lire et relire, de réciter, d’essayer de mémoriser les détails. La corrélation entre les stratégies de mémorisation et les performances est positive en France, ce n’est pas le cas dans 40% des pays.
- Au contraire les stratégies d’élaboration ont pour but de relier une nouvelle information à un savoir antérieur, d’essayer de définir si cette information peut être utile en dehors de l’école et comment elle peut faire écho à ses propres expériences ou à la vraie vie. L’analyse de ces stratégies permet de savoir si les jeunes sont préparés à utiliser en dehors de l’école les connaissances acquises à l’école. Les élèves français ne sont pas bien classés sur cet aspect.

sur le même sujet :

Une France médiocre et des inégalités accrues

évaluations PISA et environnement socio-économique

Compétences des élèves en lecture

Compétences des élèves en maths et en sciences