Dossier : " Plus de maîtres que de classes | Le métier en équipe"
Martigues : pour améliorer les résultats
18 décembre 2012

À Martigues, dans le cadre d’un dispositif départemental et pour améliorer les résultats des élèves, des écoles concentrant les difficultés scolaires ont été dotées d’un maître supplémentaire pour le cycle 2.

Depuis le début des années 2000 et du fait d’un environnement social défavorisé, les enseignants de certains quartiers revendiquent un plan d’urgence passant par une réduction sensible du nombre d’élèves par classe. Dans une période de dotation budgétaire positive associée à une baisse démographique, l’inspecteur d’académie propose en 2006 la mise en place d’un dispositif « plus de maîtres que de classes » en lien avec un plan de prévention de l’illettrisme. Le projet PARE* voit ainsi le jour.

L’école Tranchier de Martigues obtient un poste d’enseignant supplémentaire pour les 6 classes du cycle 2. Le cahier des charges est exigeant : ce maître doit intervenir dans les classes de GS, CP et CE1, sans séparation d’élèves du groupe classe, en maîtrise de la langue et en mathématiques. Les deux adultes présents dans la classe doivent travailler sur les mêmes compétences et des évaluations régulières sont prévues. « On constate que certaines difficultés peuvent être surmontées grâce à ce dispositif : les élèves osent davantage parler en petits groupes et dire quels sont les obstacles qu’ils rencontrent. On se rend compte par exemple que le vocabulaire est souvent source de malentendus entre l’enseignant et certains élèves » explique la maîtresse du CE1. Pour Roger Barnès le directeur, cette expérience est très positive et a modifié les relations entre les enseignants avec davantage de travail en équipe. Elle a aussi sécurisé les enfants : le maître PARE est une aide dans les transitions entre les classes, il assure le suivi et permet davantage de continuité dans les apprentissages en réduisant considérablement les phases de diagnostic de début d’année.

Si les bilans chiffrés sont difficiles à faire, tous constatent que les résultats des élèves sont plutôt meilleurs et que le nombre de redoublements a baissé depuis le début de l’expérience. Le point négatif est le refus par le DASEN de cumuler poste PARE et RASED. « Nous ne sommes pas des maîtres spécialisés et nous ne pouvons pas agir sur les difficultés de toute nature. Par exemple, les élèves rencontrant des difficultés de comportement ne reçoivent pas d’aide adaptée » regrette la maîtresse PARE.

*Projet d’amélioration des résultats des élèves