Budget 2012
Les parlementaires appelés à revoir la copie
29 septembre 2011

Après l’annonce de 14 000 suppressions de postes dans l’Éducation nationale dont 5 700 dans le primaire, le SNUipp-FSU demande aux parlementaires de revoir la copie du gouvernement lors de l’examen du budget 2012. Il appelle les enseignants à s’adresser à leurs élus.

Après la présentation du projet de loi de finance 2012 qui prévoit 14 000 suppressions de poste dans l’Éducation nationale dont 5 700 dans le primaire, le SNUipp appelle les parlementaires qui auront à examiner le texte dans quelques semaines à « revoir la copie du gouvernement ». Il leur demande de prendre en compte la forte mobilisation du 27 septembre et estime que « le projet de loi de finance doit être amendé et les 14 000 suppressions de postes dans l’Education nationale annulées ». Le syndicat invite également les enseignants à s’adresser au député de leur circonscription et aux sénateurs de leur département pour leur formuler la même demande et les alerter sur les conséquences locales de cette politique nationale.

Un plan d’asphyxie de l’école

« Le gouvernement poursuit son plan d’asphyxie de l’école. On est loin de la promesse de Nicolas Sarkozy de sanctuariser l’école maternelle et élémentaire ». Sitôt connue mercredi 28 septembre la répartition des suppressions de postes, le SNUipp-FSU a vivement réagi. Alors que la loi de finance avait été présentée le matin même en Conseil des ministres, Luc Chatel annonçait 5.700 suppressions de postes d’enseignants dans les écoles primaires publiques, 6.550 postes d’enseignants dans les collèges et lycées publics, 400 postes au sein des personnels administratifs de l’Éducation nationale et 1.350 postes dans l’enseignement privé sous contrat.

L’équation insoutenable des fermetures de classe

Les effets de cette politique se sont particulièrement fait sentir lors ce la dernière rentrée avec ses 9 000 suppressions. Avec la nouvelle vague annoncée par le ministère « l’équation des fermetures de postes s’annonce insoutenable » assure le SNUipp. Inutile d’être devin pour voir ce qui va se produire compte tenu des pistes données par le gouvernement pour repérer « les gisements d’emplois". « Pour épargner les classes maternelles et élémentaires, les Inspecteurs d’Académie en charge des opérations de carte scolaire vont devoir s’attaquer aux autres ressources : hausse du nombre d’élèves par classe, postes de Rased, de remplaçants, d’intervenants extérieurs de langues étrangères. La scolarisation en maternelle sera à nouveau dans l’oeil du cyclone : renoncement à la scolarisation des moins de 3 ans, hausse des effectifs. Et si le compte n’y est toujours pas, le rabot concernera les postes classes entraînant la poursuite de l’augmentation de la taille des classes ». 2012 s’annonce dores et déjà très difficile.

Lire aussi :
- le communiqué du SNUipp-FSU
- le primaire public perd 5700 postes