Fonctionnement de l’école
Le HCE au rapport
13 décembre 2012
  (2 votes)

Echec scolaire, priorité au primaire, formation, évaluation du système, le dernier rapport du HCE inscrit ses recommandations dans les pas de la refondation. Une forme de testament pour un « Haut conseil » qui ne survivra pas à la loi d’orientation de Vincent Peillon.

C’est sans doute son dernier rapport, que le Haut conseil de l’éducation (HCE) a remis vendredi 7 décembre au président de la République. Une forme de testament qui met l’accent sur des difficultés récurrentes de l’école, difficultés qu’il s’agit d’enfin corriger. Il déplore ainsi « un niveau croissant d’échec scolaire » et des « performances en baisse » notamment pour les élèves les plus faibles, comme le confirment d’ailleurs les enquêtes internationales. Le niveau, encore élevé du redoublement est aussi pointé du doigt, en ce qu’il « tend à ancrer un sentiment d’échec chez l’élève et ne tient pas compte de la diversité de ses acquis ». Pour les rédacteurs du rapport, « prévention de l’échec et accompagnement des élèves en difficulté tout au long de l’année » constituent des solutions alternatives à ce redoublement en « offrant de meilleures chances de succès ». Il conviendrait aussi « d’améliorer un climat scolaire » qui se dégrade, de revoir un système d’évaluation « vécu comme souvent dépréciatif » et une orientation qui « tend à procéder par exclusions successives vers des voies ou des filières de moins en moins considérées ».

Priorité au primaire et à la formation

Décidément, la fameuse « priorité au primaire » qui par parenthèse est une revendication phare du SNUipp, semble aujourd’hui faire consensus pour apporter des réponses à cette situation difficile. Reprise par le ministre de l’Éducation nationale dans son projet de loi d’orientation, elle est considérée comme « décisive » par le Haut conseil. Partant du constat statistique que les dépenses par écolier sont en France inférieures de 17% à la moyenne de l’OCDE, il juge «  pleinement justifié que l’école primaire bénéficie d’une priorité dans l’affectation des moyens ». Le rôle de la maternelle est lui aussi souligné et « sa spécificité doit être reconnue dans la formation des enseignants » précisent les rapporteurs. Autre priorité affichée à ce propos : la formation à « un métier qui s’apprend » et qui doit favoriser «  les interactions entre l’école et la recherche, y compris à l’intérieur des établissements scolaires eux-mêmes ».

Mieux évaluer le “système”

Enfin, l’organe consultatif revient sur la nécessité de mettre en place une instance à même de conduire une évaluation réellement indépendante et transparente de l’école. On se souvient à ce propos du rapport cinglant qu’il avait rendu en 2011, mettant en cause « les évaluations peu exigeantes et même trompeuses » commandées à l’époque par Luc Chatel. La demande semble avoir été entendue par le nouveau locataire de la rue de Grenelle, le projet de loi d’orientation prévoyant en effet de remplacer le HCE par un tout nouveau Conseil national d’évaluation du système éducatif...signant ainsi la disparition de ses promoteurs.

Lire :
- le rapport 2012 du HCE