Action
Le 23 janvier : déterminés pour l’école !
13 janvier 2013
  (4 votes)

Conditions de travail, revalorisation salariale, carte scolaire, réforme des rythmes : pas de décisions sans les enseignants. Le 23 janvier sera l’occasion d’adresser 101 interpellations au ministre pour un VRAI changement !

Carte scolaire, effectifs en maternelle, RASED, remplaçants, « plus de maitres que de classe », travail en équipe, conditions de travail, rythmes… la refondation ne doit pas rater le coche de la « priorité au primaire » pour la réussite de tous. Mercredi 23 janvier, le SNUipp est à l’initiative d’une journée d’action dans tous les départements. Des contacts unitaires ont été pris pour rassembler largement. AU programme, 101 interpellations du ministre via des demandes d’audience aux DASEN mais aussi des rassemblements, des réunions d’information syndicale et des manifestations.

Conditions de travail : confiance et liberté professionnelle

L’enquête menée par Harris Interactive pour le SNUipp auprès de plus de 23.000 enseignants en novembre 2012 l’a confirmé : si les enseignants aiment leur métier, leurs conditions de travail se sont considérablement dégradées ces dernières années et notamment les relations avec l’institution. Le SNUipp le rappellera fermement : Stop aux contrôles tatillons et aux tableaux excel chronophages. Les enseignants doivent pouvoir travailler avec la confiance de la hiérarchie. Car malgré la confiance renouvelée de Vincent Peillon dans la professionnalité des enseignants, ceux-ci veulent pouvoir travailler avec sérénité avec leurs élèves.

Carte scolaire : concrétiser la priorité au primaire

La carte scolaire 2013 va se dessiner dans les départements. Le SNUipp prend les devants et fera remonter les besoins pour l’école (effectifs en maternelle et élémentaire, RASED, remplaçants, Il sera vigilant sur la mise en oeuvre du "plus de maitres que de classes » et les « moins de trois ans" qui ne doit pas être dévoyé : les équipes enseignants volontaires doivent être soutenues et accompagnées. Ces deux dispositifs ne peuvent pas être imposés contre la fermeture d’une classe.

La création de plus de 3 000 nouveaux postes va apporter un premier souffle, même s’ils ne suffiront pas à répondre aux besoins de bon nombre d’écoles qui souffrent depuis de nombreuses années d’une véritable asphyxie budgétaire…

Rythmes : pas sans les enseignants

Le SNUipp-FSU a toujours estimé que la réforme des rythmes devait concilier réussite des élèves et conditions de travail des enseignants. Il faut changer les rythmes scolaires mais pas n’importe comment. L’actuel projet n’est pas satisfaisant : aucune garantie d’un périscolaire gratuit et de qualité pour tous, possibilité de modifier les rythmes scolaires sans passer par les conseils d’école, aucun geste en terme de revalorisation des enseignants prenant en compte notamment les coûts engendrés par le passage à 4,5 jours, Le SNUipp-FSU va s’adresser aux DASEN qui auront la responsabilité d’arbitrer pour qu’aucune organisation de la semaine scolaire ne soit arrêtée sans l’accord des conseils d’école. Il demande aussi une réécriture complète du projet de décret relatif à l’aménagement des rythmes.

Report en 2014 : la solution la plus sage

Même les associations des maires font part de leurs fortes réserves sur le coût de cette réforme, et sur les délais trop courts d’une mise en oeuvre réussie. Dans ce contexte, le SNUipp-FSU estime qu’il faut reporter la réforme à la rentrée 2014. Toutefois, le SNUipp-FSU n’est pas opposé à des modifications dès 2013 dans la mesure où les conditions de réussite seraient réunies localement et que ces propositions émaneraient des conseils d’école. Par ailleurs, le SNUipp appelle les conseils d’école à se réunir partout afin d’interpeller les élus sur leurs intentions : passage à 4,5 jours, durée de la pause méridienne, horaires du temps scolaire, projet des activités périscolaires... A Paris, les enseignants qui seront en grève le 22 janvier estiment que les conditions sont très loin d’être réunies.

101 interpellations pour l’école

La démarche de la refondation de l’école, si elle ne veut pas passer à côté de ses objectifs, doit maintenant prendre à bras-le-corps toutes ces problématiques. Le ministre a pu déclarer qu’« on ne peut pas faire progresser les écoles sans les enseignants ». Le 22 janvier, les enseignants parisiens seront massivement en grève contre la mise en place des rythmes dès 2013 et le 23 janvier, dans chaque département, les enseignants seront dans la rue pour lui répondre « Chiche monsieur le ministre ! ».

Lire :
- le communiqué du SNUipp

Voir :
- la carte de France des mobilisations

Télécharger :
- Fenêtres sur Cours, supplément au n°378

Lire aussi :
- Les 108 heures redéfinies : des bougés pour le temps de concertation
- Rythmes scolaires : Le SNUipp-FSU vote contre un texte bricolé et insatisfaisant