La langue des signes française | une vraie langue
25 octobre 2007

La langue des signes française (LSF) est une vraie langue avec son lexique, sa grammaire, son histoire, sa culture. Progressivement construite dans l’institution de l’abbé de L’Epée au XVIIIème siècle, elle est différente d’un pays à l’autre, mais les sourds peuvent en général se comprendre facilement entre eux. La LSF a souffert pendant longtemps d’une absence de reconnaissance, pour ne pas dire de l’hostilité certaine des milieux « oralistes ». La reconnaissance institutionnelle de la LSF a favorisé la formation d’interprètes et de professeurs de langue des signes. C’est tout le corps qui intervient dans le vocabulaire et la grammaire de la LSF : position des doigts et des mains bien sûr, mais aussi mouvements, expression du visage, inclinaisons du corps. Aujourd’hui, le développement des implants cochléaires permet à certains enfants sourds d’avoir accès, au prix d’une difficile rééducation orthophonique, à des possibilités d’audition et une parole facilitée. Contrairement à ce que l’on pourrait penser de prime abord, les personnes sourdes ont un accès difficile à la lecture. Les difficultés de communication du tout jeune enfant sourd, surtout si sa surdité est détectée tardivement, l’empêchent d’avoir un accès aisé à la langue, quelle qu’elle soit, et plus tard à la lecture.

UN CODE

Le langage parlé complété (LPC) est une aide à la lecture labiale (et à l’oralisation) qui permet de visualiser les « émissions sonores » (syllabes et groupes de phonèmes) et surtout de différencier les sosies labiaux. Le codeur accompagne le mouvement des lèvres d’une configuration des doigts et d’un emplacement de la main particuliers.

websourd.org