Langues
La Lozère à la découverte de l’Inde
13 septembre 2012

Un projet interdisciplinaire réunit depuis 10 ans des classes de Lozère autour d’un pays anglophone. L’occasion pour les élèves d’entrer dans l’apprentissage de l’anglais et de découvrir un pays à travers son patrimoine et sa culture. Un reportage de [Fenêtres sur cours.]

Et si l’apprentissage de l’anglais permettait de faire de l’EPS, de la géographie, du chant, de l’histoire... C’est le pari fait par l’équipe de circonscription de Florac et Sigrid Connor, CPD LVE, qui proposent aux enseignants du département de travailler chaque année sur un pays anglophone et de faire découvrir à leurs élèves la culture du pays en même temps qu’ils étudient la langue. Cette année, les participants partiront à la découverte du Pays de Galles, mais l’an passé c’est l’Inde qui était à l’honneur. Alexandre Feltgen, directeur de l’école à deux classes de Pied de Borne, participe chaque année à ce projet depuis 10 ans. Et comme chaque année depuis 10 ans, avec sa classe de CE1-CE2-CM1-CM2, il a parcouru les 60 km pour se rendre au rassemblement des classes participantes à Florac en avril. Cette journée est l’occasion pour les classes de montrer tout le travail réalisé, autour d’une organisation bien rodée. Saynètes, chant en anglais, danse indienne, exposition de travaux sur le patrimoine culturel, tournois sportifs, quizz, la journée met en valeur les entrées diverses que les enseignants sont invités à emprunter. Pour Philippe Godé, conseiller pédagogique généraliste de la circonscription de Florac, chaque partie du projet comprend des aspects intéressants. « Le jeu Who wants to win a sweetie, qui est un « Quizz » inspiré du jeu télévisé Qui veut gagner des millions ? est une réussite particulière » explique-til, « il est conduit uniquement en langue anglaise et par des anglais résidant en Lozère sur des questions qui n’ont jamais été vues ou entendues précédemment. Cela signifie que les élèves sont placés dans la situation de communication réelle avec un Anglais, et qu’ils sont amenés à comprendre la question qui leur est posée. »

Des ressources pour les enseignants

Alexandre a présenté avec sa classe des petites saynètes « Nous avons joué avec l’idée du cochon d’Inde, the guinea pig en anglais. Nous avons par ailleurs exposé nos panneaux sur le bindi, marque portée sur le front par la plupart des hindous ». Cette journée floracoise, ouverte vers un ailleurs et dont le clou a été le spectacle d’une conteuse-danseuse indienne, a rassemblé 300 élèves. Avant d’en arriver là, les classes ont bien sûr travaillé en amont. Le projet commence avec la mise en ligne d’un site de ressources* par l’équipe de conseillers pédagogiques et sa présentation lors d’une animation pédagogique en anglais. Animateur informatique, CPD anglais, CPC EPS, généraliste, tous sont mis à contributions et proposent aux enseignants des outils adaptés. Et c’est là tout l’intérêt de cette démarche pour Jordane Guigues enseignante en classe unique à Altier. « Les outils proposés sont vraiment de qualité, explique-t-elle. Pour l’anglais, beaucoup de documents sonores sont enregistrés par des anglophones et c’est un vrai avantage pour nous. Par ailleurs, les documents sont adaptés à un usage numérique et dans ma classe unique cela me permet de laisser certains élèves travailler en autonomie ». Le site guide les enseignants, leur facilite la tâche et limite le temps à y consacrer entre janvier et mars. Dans ce département rural, ce type de projet a un autre atout majeur, c’est de rompre l’isolement. L’occasion est donnée aux élèves, aux enseignants de se rencontrer et d’échanger autour d’un objet commun. Les élèves de Jordane ont par exemple présenté une danse avec leurs correspondants d’une autre classe unique et ont participé aux jeux sportifs de la journée en leur compagnie. Dix ans après, la vitalité de ce projet ne se dément pas. Certaines écoles font même le choix de se réunir à l’échelle d’un canton pour organiser leur rencontre.

*www.ecoles48.net/elve

Lire aussi :
- Françoise Leclaire : « Montrer que la diversité c’est la norme »