LPC
Usine à cases
26 mai 2011

Le SNUipp vient de s’adresser au ministère pour la suspension du LPC lors d’une audience avec le SNES, le SNEP et le SNUEP. Non à l’usine à cases ! Oui à des outils utiles aux élèves et lisibles pour les familles.

La coupe est pleine. Alors que les enseignants vont s’attaquer à leurs livrets scolaires, parallèlement, un nouvel objet arrive dans les écoles : le Livret Personnel de Compétences, nouvel outil d’évaluation devant valider le palier 1 du socle ( 46 items en fin de CE1) et le palier 2 ( 110 items en CM2). Les enseignants vont-ils devoir se transformer en poinçonneurs des Lilas ? L’enquête du SNUipp sur le travail enseignant a montré combien le temps manquait au quotidien, combien les injonctions contradictoires, l’« évaluationnite » au détriment des apprentissages et au service d’un pilotage pas très clair brouillaient le sens du métier. Et ce d’autant, que les distorsions entre socle et programmes, évaluations CM2 et items du livret renforcent chez les enseignants l’impression de flou, de fouillis, de travail inutile.

Le SNUipp dit Non à l’usine à cases et demande des changements

Reçu en audience au ministère, le SNUipp s’est fait le relais des enseignants des écoles « déroutés » dans un contexte « où la politique et les outils d’évaluation subissent des transformations contestées ». Il vient d’appeler les enseignants à ne pas renseigner ce LPC et demande l’ouverture de discussions pour des outils utiles aux élèves et lisibles pour les familles. « Le travail d’évaluation des élèves et d’information aux familles, on le fait déjà ! Trop, c’est trop ». De plus, alors que l’année prochaine, le LPC passera en version numérique, ce sont pour l’instant les directeurs, seuls titulaires d’une clé OTP qui pourraient être chargés de les remplir un à un. « Inacceptable » vient de renchérir le SNUipp lors de cette audience. Le LPC, « nouvel usine à cases » montre qu’il est urgent de revenir à des principes simples et lisibles en matière d’évaluation des élèves.

Les directeurs exemptés

Première réponse, le ministère s’est engagé auprès du SNUipp à ce que les directeurs d’école n’aient pas à gérer la phase de numérisation pour laquelle le SNUipp a demandé des garanties éthiques en s’adressant directement à la CNIL.


PDF - 43.7 ko
Communiqué SNUipp, SNES, SNEP, SNUEP
PDF - 46.8 ko
Lettre ouverte SNUipp