PORTRAIT
Georges Grard | enseignant et scénariste de bandes dessinées, de livres de jeunesse, de poésie
4 octobre 2007

Enseignant à Rambouillet en CE2, Georges Grard partage son temps entre sa classe et des productions de scénarios de bandes dessinées, de livres de jeunesse, de poésie… le tout guidé par sa passion de l’écriture

Après être passé par le centre de formation du club de football de l’AJ Auxerre et s’être essayé au métier d’employé de banque pendant une quinzaine de jours, Georges Grard a découvert par hasard l’existence de l’Ecole normale puis est devenu instituteur. « Je n’avais jamais mis un nom sur le métier que j’avais envie d’exercer » explique-t-il.

Depuis 26 ans, il essaye de transmettre et de faire partager « le goût et le pouvoir des mots » à ses élèves. Deux notions qui lui ont été données par les histoires que racontait son instituteur à l’ensemble de la classe chaque matin. Après avoir, l’an dernier, animé un atelier d’écriture sur la bande dessinée, il a lancé cette année un projet d’écriture de poésie avec ses élèves de CE2.

À côté de son métier qu’il exerce à mi-temps, il écrit des scénarios de bandes dessinées, des livres de jeunesse, de la poésie… Il profite également de ce temps pour partager sa passion en animant des ateliers dans d’autres classes que la sienne.

L’accueil d’Adrien, élève handicapé moteur, pendant un mois dans sa classe a été le déclencheur de l’écriture d’une bande dessinée avec un héros handicapé, « la bande à Ed » [2]. Il a souhaité relever le défi de la remarque d’Adrien, « on parle beaucoup de nous, mais on ne nous montre jamais ». Avant la réalisation finale, Georges Grard a testé cette idée auprès de « gamins abîmés par la vie » qui ont eu la même réaction positive qu’Adrien en se voyant dessiné.

Sur la position de la société à l’égard du handicap, Georges Grard estime que « la loi de 2005 est une bonne loi mais de gros problèmes d’accessibilité à l’emploi et à de nombreux lieux persistent, faute d’une volonté politique et financière ». C’est pourquoi il souhaite que son héros « Ed » puisse être le porte-parole des handicapés.