Littérature jeunesse
Gaël Aymon, auteur de « Une place dans la cour »
19 janvier 2011

Gaël Aymon publie aux éditions Talents hauts « Une place dans la cour », un livre pour la jeunesse qui aborde toute en finesse la question de l’égalité des genres à l’école.

Quel est votre parcours ?

Je travaille dans le milieu du cinéma et je m’intéresse aux contes, aux enfants, à l’égalité des genres. La littérature de jeunesse en est un point de convergence naturel. Ce livre est mon deuxième ouvrage aux éditions Talents hauts.

Pourquoi la cour de récré ?

Je m’aperçois en en parlant autour de moi que la plupart des gens disent « Ah bon ! Ça se passe encore comme ça ? » Cela montre qu’il y a un vrai sujet qui parle à tout le monde. Aujourd’hui on entend dire qu’il faudrait revenir sur la mixité à l’école, cela me hérisse qu’on puisse imaginer revenir sur ces acquis.

Vous n’abordez pas les différents sujets de front

Je suis convaincu que la leçon de morale ne sert pas à grand chose, et là je parle de mon expérience personnelle : s’adresser abruptement à un enfant sur quelque chose qui le concerne directement peut lui être insupportable. Je pense que ce n’est pas la bonne méthode et je préfère en filigrane donner éventuellement à discuter et à réfléchir sur l’occupation de l’espace de la cour de récréation, les relations entre les filles et les garçons, les insultes, le recours à la force physique...

De la même manière vous n’êtes pas dans le stéréotype et la stigmatisation.

Je ne voulais pas de victime et pas de gagnant. Ulysse (qui n’aime pas le foot) ne le vit pas mal, ne s’en excuse pas et d’ailleurs ce n’est pas le thème central du livre. Je ne voulais pas montrer un ou plusieurs personnages « différents » parce que je considère qu’il n’y a pas des personnes différentes à tolérer, mais qu’il existe une multiplicité de personnes et de modèles. D’autre part il est possible de s’extraire de « la maison des garçons » sans être un marginal. Le foot et le groupe de garçons ne sont pas stigmatisés même si je n’ai pas pu faire autrement que de rendre antipathique le personnage de Boris balourd.

De Gaël Aymon : La princesse Rose praline, Un place dans la cour

Aux éditions Talents hauts, des livres pour enfants contre le sexisme.

le site de Gaël Aymon