En quête d’amélioration
18 janvier 2007

Coup de froid sur le climat des écoles primaires. En pointant la dégradation des conditions d’exercice de la direction, deux enquêtes révèlent les leviers sur lesquels agir.

JPEG - 34.1 ko

Tous les directeurs le soulignent, comme d’ailleurs le Ministère (DESCO 2006) et différentes enquêtes (Fotinos, MGEN 2006) : la charge de travail des directeurs s’est considérablement accrue, dans les trois domaines que sont l’organisation pédagogique, l’administration et la gestion, ainsi que l’animation et la médiation. Acôté de cet alourdissement (ou en partie à cause de lui), la dégradation du niveau de stress est ressentie par plus de 90 % des directeurs et du personnel. Le climat des écoles, dont on commence à mesurer l’importance sur la réussite des élèves, s’en ressent.

Selon l’enquête de la MGEN, ce climat dépend de multiples facteurs, des caractéristiques de l’école et de son dynamisme, mais aussi des conditions de travail des personnels et du directeur, des relations extérieures », avec les parents, l’IEN de circonscription, les collectivités locales. De l’organisation des conditions de travail à la qualité de la vie professionnelle, la place du directeur est essentielle.

Quelques différences se font jour entre écoles maternelles et écoles élémentaires : les directeurs de maternelle plus tournés vers l’innovation et les questions posées par les relations avec les parents, les directeurs d’élémentaire plus reconnus pour l’organisation interne de l’école et sa communication externe. De manière générale, les directeurs d’école maternelle se montrent un peu moins pessimistes que leurs collègues d’élémentaire. Mais dans les deux cas, les relations avec les IEN, comme avec les collectivités locales, sont vécues comme dégradées. Et au total ce sont plus de 52 % des directeurs d’école primaire qui se déclarent peu ou pas satisfaits professionnellement. Ils notent des évolutions significatives sur l’importance du stress, sur le temps consacré à l’écoute du personnel, ils attendent de la considération et du respect de la part de la communauté éducative.

La dimension relationnelle pèse d’un poids important dans la fonction de directeur. Que ce soient avec les élèves, les enseignants, les parents d’élèves, la hiérarchie ou les collectivités locales, des compétences techniques précises sont nécessaires, compétences relativement absentes de la formation actuelle.

-  Enquête MGEN

-  Synthèse DESCO (en pièce jointe au format pdf )

PDF - 112.1 ko