Etude
Effectifs : l’enquête embarrassante
12 juillet 2011

Une enquête statistique de la DEPP montre une hausse régulière depuis 2009 des effectifs d’élèves scolarisés dans le primaire. Une tendance qui va perdurer dans les années à venir et rend d’autant plus urgente la nécessité d’en finir avec les suppressions de postes.

C’est très opportunément pendant la trêve estivale, qu’est mise en ligne sur le site internet du ministère une enquête de la DEPP* sur les évolutions actuelles et à venir de la démographie scolaire. On comprendra pourtant aisément ce léger ’’retard à l’allumage’’. Il s’agit en effet d’une étude qui montre non seulement une progression des effectifs scolarisés à l’école primaire ces deux dernières années, mais aussi une tendance identique pour la suite. Quelques chiffres illustrent ce phénomène : On comptait plus de 17 000 élèves supplémentaires scolarisés dans le 1er degré à la rentrée 2010. En maternelle, et malgré la poursuite de la réduction de la scolarisation des enfants âgés de deux ans, 6 300 enfants supplémentaires ont poussé la porte des écoles. En élémentaire, ce sont 10 300 écoliers de plus qui ont été accueillis cette année. Et la tendance va perdurer dans les années à venir, les naissances ayant régulièrement progressé passant de 790 000 en 2003 à 830 000 en 2008. Voilà des chiffres qui prennent un relief tout particulier, pour quiconque s’aviserait de les croiser avec l’évolution des effectifs enseignants.

Quadrature du cercle budgétaire

Plus d’élèves et moins d’enseignants, voilà bien l’équation qui reste à résoudre au ministre pour continuer à affirmer, contre toute évidence, que les taux d’encadrement ne bougeront pas. On voit mal également, comment dans le contexte budgétaire qui prévaut aujourd’hui - et la règle d’airain du non remplacement d’un enseignant sur deux partant à la retraite – la France pourrait améliorer une situation que même la Cour des comptes, comme le Centre d’Analyses Stratégiques, déplorent. Et Luc Chatel, nonobstant ses grandes qualités de communiquant, risque d’avoir quelques difficultés à mettre en doute les travaux statistiques réalisés par ses propres services. La rentrée s’annonce pour lui fertile en contorsions sémantiques ! Pour le SNUipp, ces chiffres confirment l’urgence d’une autre politique budgétaire et invitent à faire du 27 septembre une grande journée d’action pour l’avenir de l’École.

* DEPP : Direction de l’Évaluation, la Prospective et la Performance

Lire :
- l’étude statistique de la DEPP
- grève le 27 septembre