COLOMBES | C’est l’heure des parents
27 août 2008

À Colombes, dans les Hauts-de-Seine, les familles peuvent assister à la classe durant « l’heure des parents ». Un moyen de découvrir l’élève qui se cache derrière leur enfant.

Lors du dernier samedi de l’année, les élèves, regroupés au pied du tableau, rendent compte de leurs activités scolaires à leurs parents, installés à leur place dans la salle de classe. Cette scène peu habituelle se déroule régulièrement à l’école élémentaire Hoche de Colombes, dans les Hauts-de- Seine. Pour Sophie Vallée, enseignante en CE2, cette « heure des parents » permet de « travailler le lien des parents avec l’école » et également de « rencontrer ceux qui ne viennent pas habituellement ». L’invitation lancée aux parents d’élèves à chaque fin de période ne prend pas la forme d’un classique entretien individuel ou d’une réunion institutionnelle. Elle se déroule dans un climat convivial qui crée de la confiance et permet une connaissance vécue et plus approfondie de ce qui se vit, de ce qui s’apprend en classe. Un parent d’élève explique qu’il peut de la sorte s’approprier « l’univers dans lequel son enfant vit durant la journée ». En parallèle au « sentiment fabuleux de se retrouver à nouveau en classe », les parents peuvent ainsi « découvrir l’élève » derrière leur enfant.

Ce bilan positif est partagé par les enseignants, Sophie Vallée estime que le rapport entre l’école et les parents a changé. En voyant ce que font leurs enfants, ils sont moins inquiets, posent moins de questions sur la classe, qui n’est plus « un grand mystère ». La participation est également massive, seule une famille n’a participé à aucune « heure des parents » durant l’année.

Ce temps de rencontre est également l’occasion pour Bénédicte Floquet, enseignante en CE1, de « créer une véritable situation de communication ». Les élèves produisent ainsi « des écrits sociaux à destination des parents ». L’occasion pour eux de narrer la sortie, la veille, de la classe au cirque, de réciter en duo les poèmes qu’ils ont créés sur le monde du cirque… En mathématiques, les élèves proposent aux parents de résoudre des exercices de calcul rapide, de jouer au « compte est bon »… L’enseignante n’intervient pas directement, elle gère le déroulé de la séance et le fluidifie au besoin.

Mais l’avenir de ce temps est en suspends. Les deux enseignantes souhaitent le poursuivre mais s’interrogent sur les modalités suite à la suppression de la classe le samedi matin. Cette journée, sans accueil avant la classe et sans cantine après, était l’occasion d’un contact direct avec les familles et permettait au plus grand nombre de se rendre disponible en fin de matinée pour participer à « l’heure des parents ». Quelle que soit la solution retenue, « on ne sera plus sur une dynamique d’apprentissage durant le temps scolaire » regrette Bénédicte Floquet.