Ateliers radio à l’école : Entretien avec Jean-Marie Girardot
15 décembre 2006

Jean-Marie Girardot est président de l’association nationale des ateliers radio et radios en milieu scolaire ( ANAREMS) auteur de la radio en milieu scolaire [1]

- Quels sont les enjeux de la radio en milieu scolaire ?

  • La pratique radiophonique est d’abord un outil ludique qui permet de développer tous les apprentissages du langage oral et écrit voire de le perfectionner. Les enjeux sont importants, car les élèves vont s’adresser à un public et se doivent d’être compris. La radio contribue également au développement des capacités psychomotrices quand il faut, par exemple, travailler sur une table de mixage ou faire du montage sur ordinateur, d’ordre intellectuel au niveau de l’attention, de la mémorisation. Par ailleurs, elle est un outil de socialisation. En radio, il existe des règles de vie collective, un travail de groupe. De même, emmener ses élèves en enquête, le micro à la main, vers les gens, c’est extrêmement important.

- Comment la pratique radiophonique permet-elle de développer ses enjeux ?

  • Par la diffusion. C’est, en effet, le secret de réussite de la pédagogie de la radio. La pratique d’une activité, son, enregistrement, montage, réécoute, manipulation de la structure de la phrase... ne suffit pas à atteindre les objectifs évoqués précédemment. Par l’intermédiaire de la diffusion, l’élève atteint des horizons extraordinaires, il entre dans sa famille, chez ses amis, ses professeurs même, sans qu’à aucun moment sa timidité, son angoisse, ses craintes, ses complexes n’en souffrent, comme c’est souvent le cas en classe. Plus encore, l’émission permet le retour, ce fameux feed-back sans lequel un apprentissage a peu de chances de réussir réellement, elle valorise l’enfant, l’amène à prendre conscience de son droit à l’expression, de ses obligations avant toute information. A l’autre bout de la chaîne, le récepteur (sa famille, ses amis, son enseignant adopte un statut différent de celui du cadre habituel. « Je te parle, je t’informe, je connais les limites de ce pouvoir, je prends le risque de tes critiques ! »