(Littérature jeunesse) 1er MAI : LA GREVE ET LE MUGUET !
11 mai 2011

Si le 1er Mai est la Fête du travail et le muguet son emblème, on le doit aux 500 000 ouvriers américains qui en 1886 se lancèrent dans une grève pour obtenir « 8heures de travail, 8h de sommeil, 8 heures de loisir » ! La revendication aboutit en partie mais coûta la vie à 11 hommes, dont 5 furent pendus. Puis il y eu Fourmies… le 1er mai 1891, dans cette petite ville du nord de la France, les ouvriers des filatures et des verreries sont en grève pour « la journée de 8h » et organisent une grande Fête des travailleurs. Mais à l’appel du patronat, les soldats venus de Maubeuge, armés des nouveaux fusils Lebel, tirent à bout portant sur la manifestation pacifique : 10 morts, 8 de moins de 21 ans dont Kleber et Maria Blondeau qui brandissaient le drapeau tricolore. Il faudra attendre 1919 pour que le Sénat français ratifie enfin la journée de huit heures. Ironie du sort, c’est Hitler pour se rallier le monde ouvrier qui en 1933 fait du 1er mai une journée chômée et payée, suivi par Pétain en 1941 !
Cependant, « La Grève » … reste un mot obscur pour de nombreux enfants et adolescents, un évènement qui rime avec congé pour les uns et difficultés pour les autres…. Heureusement, , il existe des livres de jeunesse qui permettent de comprendre la Grève au fil de l’histoire, du côté de ceux qui la font et qui la gagnent…parfois.

UN HOMME EST MORT (BD)
Kris et Etienne Davodeau – Futuropolis 2006. (15€) Dès 12 ans/Adultes

Splendide BD de Davodeau, sur un scénario de Kris inspiré par le film témoignage de René Vautier. 1950 : Brest est un immense chantier. Bombardements massifs et combats ont anéanti la ville, son port, son arsenal. Des milliers d’ouvriers la reconstruisent, pierre à pierre dans les pires conditions de travail. La contestation gronde, et la grève éclate bientôt. De violents affrontements surviennent lors des manifestations. Les patrons refusent de céder. La grève générale est déclarée. Les chantiers sont immobilisés, les ouvriers de l’Arsenal rejoignent le mouvement… Et le 17 avril, le drame se produit. La police, dépassée, tire sur la foule, blessant plus de vingt personnes et tuant un homme. Édouard Mazé. Le lendemain, appelé par la CGT pour tourner un film sur la lutte, René Vautier débarque clandestinement dans une ville en état de siège. Le cinéaste est alors recherché par la police pour son film documentaire, « Afrique 50 », témoignage sans concessions du système colonial français d’après guerre. Le 18 ont lieu les obsèques d’Édouard Mazé accompagné par tout un peuple. .

LA VIE COMME ELVA (R )
Jean-Paul Nozière - Thierry Magnier 2005 (7,50€) Dès 13 ans

Le capitalisme triomphant, le chômage destructeur, le saccage des vies, mais aussi l’organisation des luttes, sont au centre de ce beau récit. Dans la petite ville de Sponge, presque tous les habitants ne vivent que de leur travail à La Francilienne, l’usine de plastique. Mais pour les dirigeants de l’entreprise la logique du profit commande de licencier dans un premier temps, la moitié des salariés. Les parents d’Elva, adolescente de 15 ans, prévenus un matin par une simple lettre, sont de ceux-là. _Elva refuse d’accepter que ses parents se résignent : « On ne va pas se laisser faire !  ». Elle se bat à sa manière, distribue des tracts, participe à la montée des luttes avec les autres licenciés : assemblées, débats houleux, nuits de tensions, occupation de l’entreprise, briseurs de grève mais aussi, solidarité du reste de la population… Tout cela fait découvrir à Elva une réalité sociale qu’elle ignorait, bien que fille d’ouvriers. Au cours de la première manif elle sympathise avec Luce, la fille solitaire du Directeur des ressources humaines chargé des licenciements. Que cette amitié se transforme en amour partagé et assumé est intéressant, mais secondaire par rapport au thème principal, la Grève, riposte de ceux qu’on jette et qui « Tous ensemble ! » résistent, même si la victoire est on ne peut plus aléatoire .

LA GREVE (R )
Murielle Szac - Seuil, collection Karactère(s) 2008 (8,50 €) Dès 12 ans.

Dans cette petite ville du Nord de la France, toutes les usines ont fermé les unes après les autres. Seule, l’usine de textile Parker tient encore. C’est là que depuis toujours travaille la mère de Mélodie, jeune adolescente de 13 ans. Le salaire est maigre, le père est parti, les fins de mois sont difficiles pour une femme seule avec deux enfants. La jeune Mélodie, elle, méprise le père absent, a des rapports houleux avec sa mère, n’est guère motivée par le collège et préfère sortir avec ses copains. Mais un jour tout bascule. Les ouvrières apprennent que l’usine va fermer : un plan social et une délocalisation sont prévus par la direction. _Les employés révoltés se mettent en grève et occupent l’usine. Mélodie, la narratrice, vit d’abord cette grève comme une fête, elle qui ne veut pas d’un avenir d’ouvrière comme sa mère. Mais peu à peu, au cœur du combat, elle s’immerge dans ce monde inconnu, solidaire, passionnant, où elle fait des rencontres étonnantes. Elle commence à comprendre les enjeux du monde du travail, sa valeur d’apprentissage, son importance dans la construction d’un individu. Elle découvre enfin sa mère. Mélodie apprend la révolte. Mais elle ignore à quel point cette lutte va bouleverser sa vie… Murielle Szac se fait ainsi l’écho avec empathie, lucidité et sans manichéisme, d’une écriture sensible et retenue, des luttes d‘ouvrières, d’ouvriers mis à la casse : un sujet d’une brûlante actualité.

TOUS EN GRÈVE ! TOUS EN RÈVE ! (A)
Alain Serres, ill. Pef – Rue du Monde, Histoire d’histoire 2008 (13,80€) Dès 8 ans

L’originalité de cet album, c’est qu’il évoque Mai 68 du côté des ouvriers, en province, loin de Paris, du Quartier latin et du mouvement étudiant, sans que celui-ci soit pour autant occulté. C’est Martin, gamin sympa de 12 ans, qui raconte SON Mai 68. Martin vit dans le Sud-Ouest et sa sœur Nina est étudiante à Bordeaux. La seule de la cité ! La mère tient la maison et gère avec inquiétude un porte monnaie qui se vide. Le père est cheminot, en grève depuis plusieurs jours pour les salaires. L’école de Martin étant fermée, il accompagne son père sur le porte-bagage du Vélo-Solex. Pas toujours facile de convaincre les collègues, de persuader les ouvrières des petites entreprises étroitement dépendantes du patron, de débrayer ! ... (voir la suite dans la rubrique "Mai 68, aujourd’hui" du site du SNUIPP : Littérature de jeunesse )

LA GREVE (A) _ Michel Piquemal, ill. Zaü - Ed. l’Edune 2007 (12,80€) Dès 7 ans

Un petit album carré, engagé, gaîment illustré par Zaü dans les jaunes, les violets et les bruns sur un thème peu courant : la grève. La grève est vue et racontée par un petit garçon dont le papa est gréviste, en l’occurrence contre une réforme des retraites. Nous suivons donc avec les yeux du petit garçon tout ce qui se passe, nous partageons sa sympathie pour son papa gréviste et ses amis. Nous suivons les différentes étapes de la lutte, l’action du papa, ses joies et ses colères, contre les médias notamment. Et en fin d’album, une double page apporte des informations complémentaires.

HISTOIRE DU PETIT TABOURET (R)
Fabienne Mounier, Daniel Hénon - l’Ecole des loisirs (5,50€) 8 ans

Un beau petit tabouret à bouton rouge acheté par la concierge dodue de l’usine permet, lors d’une grève et d’une manifestation, à celui qui grimpe dessus et qui a la tête de Léon Blum, de galvaniser la foule. Mais une charge de police est presque fatale au petit tabouret. Réparé, il retrouvera - non sans mal - sa place dans la cuisine de Madame Pote. Quelle fierté pour un tabouret qui veut aller loin de participer à un moment de l’Histoire. Efficacité et humour du dessin crayonné, avec comme coloris dominants « le rouge (de la révolution) et le bleu (de travail) ». (Liste Cycle 2)

A BAS LA VAISSELLE ! (R)
Yann Mens - T. Magnier 2006, Petite poche (5,00€) Dès 6 ans

La famille Toucouleur a une organisation des plus démocratiques et le sens des luttes sociales. Aussi les aînés, réclament-ils plus de loisirs et moins de tâches. Ils exigent que leur petit frère Arsène participe à la corvée de vaisselle et revendiquent une augmentation de leur argent de poche. Seulement voilà, dans la famille Toucouleur, on fait la vaisselle à partir de huit ans, pas avant, et maman est très attachée à cette règle ; Alors ils se mettent en grève ! En réponse à cette grève, la maman fait la grève de la lessive… Force est d’engager des négociations sérieuses mais non dénuées d’humour pour aboutir à un accord ! Petit récit subtil et plein de fraîcheur autour de l’implication des enfants dans les tâches ménagères au sein de la famille et du droit de grève en général

AUTRES TITRES

- VERO EN MAI (A) Yvan Pommaux & Pascale Bouchié – Ecole des Loisirs (21,50€) Dès 8 ans Mai 68 vu par Véronique, 9 ans. (voir la suite dans la rubrique "Mai 68, aujourd’hui" du site du SNUIPP : Littérature de jeunesse )

- GERMINAL (R) Emile Zola - l’Ecole des loisirs (Classiques abrégés) Ados/Adultes Ce grand classique reste toujours d’actualité malgré le temps ! A la fin du XIXe siècle, après avoir été licencié des Chemins de fer pour activité syndicale, , Etienne Lantier trouve enfin un travail dans la mine de charbon de Voreux dans le nord de la France. Logé chez les Maheu, une famille de mineurs, il tombe amoureux de Catherine, la fille de Maheu. Le travail est rude et mal payé, les conditions de sécurité ne sont pas respectées, l’accident guette, la tragédie couve : la grève commence

- la revue CITROUILLE N° 56 (2010) sur le travail, le chômage et la grève.

Marie-Claire Plume