Rased
Passer des intentions aux actes, reconstituer les réseaux !
19 novembre 2013

L’ouverture des chantiers « métiers » doit être l’occasion d’apporter une première réponse aux attentes des écoles et des personnels des réseaux d’aides aux élèves en difficultés.

Les RASED ont connu une perte importante de leurs effectifs depuis leur remise en cause en 2008. Malgré la pétition et le mouvement « sauvons les RASED » qui ont marqué un coup d’arrêt à ce processus, les rentrées 2011 et 2012 ont vu à nouveau le nombre de postes baisser, notamment sous l’effet des faibles départs en formation et du manque consécutif de personnels qualifiés. Le bilan de la rentrée 2013 n’est pas encore disponible, mais nos enquêtes ont montré une légère tendance à la re création de postes, de l’ordre de 65 postes environ, concentrés sur quelques départements (Guyane, Réunion, Bouches-du-Rhône...).

Au final, si le nombre de psychologues scolaires est resté stable (avec même une légère progression), les maîtres E et G ont perdu respectivement 40% et 53% de leurs effectifs en six ans. C’est donc peu dire que les attentes sont fortes, notamment de la part des personnels concernés, mais aussi des équipes qui peuvent de moins en moins faire appel aux différentes aides spécialisées du RASED.

Des fiches par profession

Les fiches présentées par le ministère mettent en avant «  des missions confortées » et la spécificité des trois types d’acteurs (maître E, maître G et psychologue scolaire). Proposant de « définir une cartographie » à l’échelle départementale ou académique des postes, elles envisagent de positionner chacun « au niveau le plus pertinent (école ou circonscription) », et avancent le principe d’une « remise en route de la formation spécialisée » pour «  répondre aux vacances de postes ».

L’avis du SNUipp-FSU

Si certains de ces éléments sont positifs, la définition des missions envisagée pour les professionnels des réseaux induit un changement profond des pratiques professionnelles, en introduisant un rôle d’expertise des difficultés et de conseil aux enseignants. Ce point doit être discuté et précisé. En aucun cas, cela ne doit se traduire par la disparition de l’aide directement apportée aux élèves.

Le positionnement différent proposé pour les personnels (école ou circonscription), pourrait remettre en cause les modalités de fonctionnement en réseau et cela ne saurait rester en l’état.

Le SNUipp, tout au long des discussions qui s’engagent, exigera que les personnels des RASED retrouvent une légitimité et que leur professionnalité se trouve renforcée et reconnue.

- toute évolution de leur mission doit allier prévention et remédiation et s’inscrire dans le cadre d’un réseau renforcé ainsi que d’une meilleure articulation avec l’action des enseignants des écoles,
- du temps de travail en équipe entre les personnels des réseaux et avec les enseignants des écoles doit être clairement identifié et garanti,
- la refonte de la carte d’implantation des RASED et la relance des départs en formation CAPA-SH doit être accompagnée de la création des postes nécessaires.

Le SNUipp interviendra également pour l’ouverture de discussions sur le recrutement et la formation des psychologues des écoles.

Le calendrier des discussions
Deux rendez-vous sont programmés les mardi 26 novembre (9h-12h) et 3 décembre (14h-17h).