Oubliés de la revalorisation : les propositions du ministère

Mis à jour le 16.06.16

Un groupe de travail ministériel a examiné ce 16 juin la situation indemnitaire, aujourd'hui dépassée, pour certaines fonctions exercées par les PE. Si des propositions vont dans le bon sens, d'autres sont insuffisantes, ou inexistantes, ou tout simplement inacceptables. Décryptage

ESMS

Tous les enseignants affectés en ESMS sont désormais sur le régime d'obligation de service de 24h par semaine, plus 108 heures annualisées consacrées notamment aux activités de coordination et de synthèse. Ils bénéficieraient d'une revalorisation salariale. La hauteur de cette revalorisation dépend du nombre d'heures de coordination et de synthèse actuellement perçues. Depuis plusieurs années, la plupart des établissements englobaient ces heures dans les 108 heures et ne les rémunéraient donc plus. Un enseignant ne bénéficiant pas d'heures de coordination et de synthèse serait revalorisé de plus de 2 359€ brut annuel, de 1 485€ s'il en bénéficiait d'une et de 611€ s'il bénéficiait de deux.

Le tableau récapitulatif

- les directeurs adjoints chargés de SEGPA
- les secrétaires de CDOEA
- les enseignants référents « scolarité » des MDPH
- les enseignants exerçant en milieu pénitentiaire
- les enseignants en classe relais
- les coordonnateurs REP
- les CPC
- les CPD
- les enseignants affectés au CNED
restent oubliés de la revalorisation. Pour le syndicat, le dossier n'est donc pas clos.

Une nouvelle séance de discussions est d'ores et déjà programmée, début juillet, pour examiner de nouvelles propositions.