Nice : les policiers armés dans les écoles ?

Mis à jour le 22.01.17

Pour le SNUipp-FSU, la décision de la ville de Nice d'affecter des policiers municipaux armés dans les écoles de la ville relève d'une instrumentalisation des peurs et non de d'intérêt des élèves et des équipes.

Nice, qui se relève doucement de l'effroyable attentat du mois de juillet, doit faire face à la décision de la mairie d'installer dès la rentrée 2017 des policiers armés dans les écoles. La municipalité a annoncé la création de 130 postes de policiers municipaux armés qui seront affectés à demeure dans les écoles de la ville, où ils disposeront d'un bureau.
Depuis l'attentat, des vigiles ou de policiers municipaux, sont déjà présents devant chaque établissement de la commune. Or, s'il convient d'assurer aux abords des écoles, sur la voie publique, la sécurité des enfants et de leurs parents, cette décision, sous cette forme-là, apparaît comme totalement déconnectée de la réalité de l'intérêt des enfants et des équipes pédagogiques.

De la sérénité

Depuis la rentrée, les enseignants ont tout mis en œuvre pour apaiser les peurs et les craintes légitimes des élèves et des parents, ils ont su répondre aux nombreuses questions posées, tout en restant vigilants et conscients de la réalité.
Pour le syndicat, l'école doit rester un lieu où chaque enfant peut apprendre et vivre sa scolarité dans la sérénité. La présence de policiers armés ne peut en aucun cas y participer. Cette annonce relève simplement d'une instrumentalisation des peurs et non d'une prise en compte de l'intérêt des élèves et des équipes.