CAPPEI : le compte n'y est pas

Mis à jour le 27.01.17

Les textes sur la réforme de la formation des enseignants spécialisés ont été débattus au Conseil supérieur de l'éducation du 26 janvier 2017. Le SNUipp-FSU s'est prononcé contre un projet qui n'est pas à la hauteur des attentes pour une formation spécialisée de qualité.

Dernière étape dans la mise en place de la réforme de la formation spécialisée, le Conseil supérieur de l'éducation (CSE) examinait le 26 janvier les projets de textes sur le CAPPEI (certificat d'aptitude professionnelle aux pratiques de l'éducation Inclusive). Après plusieurs mois de discussions au cours desquelles le SNUipp-FSU a contribué à faire évoluer l'architecture de la formation et de la certification, après de nombreuses réserves exprimées, réserves partagées par les associations professionnelles de maîtres E et G (FNAME et FNAREN), le compte n'y est toujours pas pour répondre aux attentes d'une formation spécialisée de qualité.

Fin de partie

Au cours des dernières discussions au CSE, le SNUipp-FSU a encore défendu un certain nombre d'amendements pour obtenir un volume de formation minimal de 400 heures, pour un pré-stage de trois semaines, pour demander la présentation d'un écrit professionnel plutôt qu'un simple dossier, pour garantir le remplacement des enseignantes et des enseignants partis en formation, pour obtenir la délivrance d'une nouvelle attestation en cas de formation complémentaire permettant d'occuper un nouveau poste, ou encore pour la mise en place d'un cadrage national de reconnaissance des fonctions de tuteur.
Le syndicat a également insisté sur toutes les questions qui restent en suspens concernant le recueil des candidatures, le choix des candidats, l'affectation, le rôle des commissions paritaires, des comités techniques...

Sur les trois premières demandes le ministère a opposé une fin de non-recevoir. La nouvelle attestation avec les droits afférents est actée et le ministère annonce qu'il réfléchit aux modalités de reconnaissance des missions de tuteur. Il a donné son accord pour un groupe de travail sur les questions de ressources humaines.

Au final, le compte n'y étant décidément pas, le syndicat s'est prononcé contre les projets de textes. Quoi qu'il en soit, et dans le cadre des opérations de carte scolaire, le SNUipp-FSU aura à cœur d'intervenir pour la création de postes spécialisés.

Lire :

- la déclaration du SNUipp au CSE.

Lire aussi :

- le communiqué de la FNAREN