Dossier "En campagne pour l’école rurale"
Yonne : un RPI en mouvement
16 juin 2015

À la rentrée, le RPI de Ligny-le-Châtel, Méré, Varennes se rassemble sur le plus gros village avec nouvelle école maternelle et restaurant scolaire. Objectif : limiter les transports et accentuer encore le travail en équipe.

Nous sommes en terres de vignes. À 20 km d’Auxerre, dans le canton de Chablis. Sur les trois communes de Ligny, Varennes et Méré et sur le hameau de Lordonnois, 200 enfants sont scolarisés en tout. En 1998, il y avait encore une école sur chacun de ces quatre lieux, puis celle de Méré (200 habitants) a fermé. Le Regroupement pédagogique intercommunal (RPI) a été créé en 2002. La commune la plus importante, Ligny (1370 habitants), a regroupé les classes de maternelle dans l’ancienne école de filles au centre du village. À 20 minutes à pied, face aux champs, un autre bâtiment accueille trois classes élémentaires. Un peu plus loin, une classe de CE2-CM1 subsiste à Lordonnois, un hameau à 3 km. Et la commune de Varennes (300 habitants) a conservé son école avec un CE2-CM1.

Faire les classes n’est pas simple, comme dit le directeur de l’élémentaire Fabrice Randé : «  on évite que frères et sœurs soient dans plusieurs villages, mais on n’y parvient jamais tout à fait ». Cela génère «  beaucoup de transports pour les élèves » explique Chantal Royer, maire de Ligny. Matin et soir avec les bus des collectivités. Midi aussi car le réfectoire commun est situé au sous-sol de la salle des fêtes de Ligny. Les choses vont changer à la rentrée. Au niveau des équipements : une nouvelle école maternelle et un véritable restaurant scolaire vont ouvrir en septembre pour un budget de 2,5 millions d’euros. Tout cela a été possible parce que les agriculteurs propriétaires des terrains ont enfin accepté de vendre. Déjà en octobre dernier Ligny s’était doté d’une bibliothèque et il y a quatre ans d’un gymnase.

Une école, 7 classes

De quoi satisfaire l’équipe enseignante du RPI : « on nous a montré les plans, demandé ce qu’on voulait ». Regrouper les enfants sur Ligny est apparu comme une évidence : Lordonnois et la maternelle de Ligny qui n’étaient plus aux normes vont fermer. Varennes, où le maire tient à son école, va conserver sa classe et le poste de directeur. Enfin, la directrice de maternelle partant à retraite, la direction du nouveau groupe scolaire de sept classes a été proposée à Fabrice Randé. « Cela permet d’éviter la fermeture de classe qui menaçait la maternelle ». Cela va aussi permettre d’accentuer le travail en équipe. Les CP rejoignent les maternelles dans les locaux neufs « cela facilitera encore plus la liaison ». Les enseignants travaillent déjà bien ensemble : conseil des maîtres tous les mardis, classe de neige avec des élèves de Saint-Florentin, mêmes manuels et progressions de cycle, journée « Incorruptibles » (défi lecture et sport) pour les CP-CE1. Dommage que l’Inspection académique, elle, reste dans une logique comptable et ferme tous les postes de coordonnateurs Réseau rural d’éducation, dont celui de Fabrice. Il perd une journée de décharge, sans en gagner avec la direction de 7 classes…


Plan écoles numériques rurales : A quand le prochain ?

Un rapport de l’Inspection générale des services, divulgué en 2012, a dressé le bilan du plan école numérique rurale lancé en 2010. 67 millions d’euros ont été débloqués pour équiper 6 700 écoles rurales en tableaux numériques interactifs ou de classes mobiles. Mais les besoins d’équipement et de formation des enseignants restent prégnants. Pas de nouveau plan en vue, si ce n’est la prolongation jusqu’à la fin 2015 du plan France Haut Débit. Il ne prévoit pas d’équipement mais le raccordement à Internet (au moins 8 Mégabits/s) de toute la population française d’ici à 2022.

- Consulter le rapport

L’ensemble du dossier :
- Présentation du dossier
- L’école à l’épreuve des mutations territoriales
- Enquête SNUipp : le visage de l’école rurale
- Convention : Échange postes contre réorganisation
- Yves Alpe : « Il n’y a pas de déficit des élèves ruraux en terme de réussite scolaire »
- Yonne : un RPI en mouvement
- Michel Baron (FNER) « Pour des écoles rurales de qualité et de proximité »