Dossier "Inspection : changer de rapport"
Val d’Oise : Et si on la jouait collectif ?
3 octobre 2014

Dans le Val d’Oise, on expérimente une formule d’évaluation collective qui implique tous les enseignants d’une école et l’ensemble de l’équipe de circonscription. Bilan avec l’équipe de l’école Matisse à Saint Ouen-L’Aumône qui a accepté l’an dernier de se prêter au jeu pendant deux semaines.

« Pas une inspection d’école mais une évaluation d’école. » Karine Cicotti, enseignante en CE2 à l’école Matisse de Saint-Ouen-l’Aumône est précise sur le vocabulaire. En janvier dernier, les enseignants des quinze classes du groupe scolaire (maternelle et élémentaire) ont vécu une expérience originale. Pendant deux semaines, ils ont accueilli chaque jour deux IEN ainsi que l’équipe de la circonscription pour mener collectivement une évaluation de leurs pratiques auprès des élèves.

Un protocole travaillé par l’équipe de circo

À l’origine, une expérience menée depuis quatre ans dans le département du Val d’Oise en liaison avec l’Ecole supérieure de l’éducation nationale chargée de la formation des inspecteurs. À cette occasion est établi un protocole départemental dressant les contours d’une évaluation collective des équipes qui s’affranchit du traditionnel contrôle de conformité et organise la confrontation des regards professionnels avec la volonté de favoriser le travail d’équipe. Philippe Mauger, l’IEN de la circonscription de Saint-Ouen-l’Aumône, se saisit avec son équipe du protocole en adaptant ses modalités. Les évaluations collectives sont centrées autour du projet d’école et d’une problématique intégrant l’objectif de la réussite du plus grand nombre d’élèves. Une première réunion de préparation avec l’équipe sert à présenter le dispositif et faire émerger l’axe de travail. A l’école Matisse, c’est la thématique de la compréhension qui sert de guide de la petite section au CM2. Puis, durant quinze jours, chaque classe est visitée deux fois, par les inspecteurs en doublette et par les CPC. Ensuite, l’équipe de circonscription se réunit pour une synthèse qui est présentée et discutée avec les enseignants. Ce travail débouche sur un plan de formation défini collectivement qui est ensuite mis en place sous forme de stages ou d’animations pédagogiques. 15 jours pour 15 classes : l’évaluation collective demande du temps et l’investissement de tous

Formateur et fédérateur

Pour Philippe Mauger, « le dispositif est lourd et chronophage mais il donne des clés pour travailler ensemble en permettant à chacun d’apporter des points de vue différents sans prétendre détenir la vérité. » Bernard Amblard, CPC, confie que le travail mené lui a permis de modifier son regard d’évaluateur : « On ne se place plus dans la posture de donneur de conseils mais plutôt comme co-constructeur de contenus, plutôt dans l’accompagnement de l’équipe que dans la formation et c’est bien le collectif qui permet une vraie transformation des pratiques. » Côté enseignants, Manuel Piton, le directeur, qui s’est fait « gentiment » convaincre d’ouvrir son école à l’expérience reconnaît qu’elle a modifié le fonctionnement collectif. « On a progressé dans l’acceptation de nos erreurs et pris l’habitude d’échanger sur nos pratiques ». Isabelle Leroux , enseignante en CP, a apprécié que le pédagogique prenne le pas sur l’administratif. Karine, après les difficultés initiales liées au statut toujours impressionnant de l’inspecteur a vécu intensément le moment de formation qui a suivi : « Nous avons bâti des séquences reproduites dans toutes les classes que nous avons analysées ensemble. C’était à la fois formateur et très fédérateur  ». Alors une piste pour changer l’inspection  ? Malgré un bilan positif, personne ne sait si l’expérience aura un lendemain. Philippe Mauger parle d’un travail de proximité très riche mais a toujours 80 rapports d’inspection par an à rédiger. Bernard déplore le manque de moyens de remplacement qui réduit le volet formation. L’équipe d’enseignants garde en tout cas la trace d’échanges professionnels fructueux et de quelques outils pour mieux travailler ensemble.

L’ensemble du dossier :
- Présentation du dossier
- Rapport : L’inspection inspectée
- Trois questions à Paul Devin, IEN, secrétaire général du SNPI-FSU : « Une confrontation d’expertises »
- Val d’Oise : Et si on la jouait collectif ?
- Évaluation : quelles évolutions ?
- Entretetien avec Xavier Pons, maître de conférences en sciences de l’éducation : « Quelle effectivité ? quelle équité ? quelle efficacité ? »